Site icon AQUÆ

Assises de l’eau : 17 mesures

Temps de lecture : 2 minutes

Les dialogues entre acteurs locaux et nationaux de l’eau ont conduit le Gouvernement à dresser une liste de mesures pour améliorer les réseaux d’eau et d’assainissement.

Faisant suite à la première séquence des Assises de l’eau, fin août 2018, le Gouvernement a présenté 17 mesures visant la « relance des investissements (usines d’eau potable ou d’assainissement, canalisations…) ». Selon une estimation, ils devraient atteindre 41 milliards d’euros pour la période 2019-2024. Dans cette optique, quatre priorités ont été établies.

Lutter contre les fuites d’eau dans les territoires ruraux
Le Gouvernement l’affirme, les territoires ruraux ne peuvent pas subvenir à leurs besoins en matière d’amélioration des services d’eau et d’assainissement. Il propose donc, entre autres mesures, d’accroître de 50 % les aides fournies par les agences de l’eau dans ces zones. Parallèlement, la Caisse des dépôts et consignations met à disposition 2 milliards d’euros de prêt sur 2019-2024, spécifiquement pour le secteur de l’eau. Ils bénéficieront, par exemple, aux travaux de modernisation des réseaux d’eau ou aux usines de traitement et d’épuration. Un programme d’investissements pour les technologies innovantes, axées notamment sur les économies d’eau, est également prévu.

Améliorer la qualité de service pour les Français
Des investissements optimisés passeront par une meilleure connaissance des services sur l’ensemble du territoire. Ainsi, le Gouvernement rend obligatoire la publication des résultats des services d’eau et d’assainissement, mais aussi la réalisation d’un schéma directeur pour les communes et intercommunalités.
Par ailleurs, un centre national des ressources devrait voir le jour fin 2019. Géré par l’Agence française pour la biodiversité, il aura pour mission la valorisation des pratiques innovantes. Les collectivités pourront également profiter d’une assistance opérationnelle sur des points comme le lancement d’appels à projets ou encore les diagnostics des réseaux.

Renforcer la confiance et la solidarité
Sachant que 20 % des Français ne font pas confiance à l’eau du robinet, ces mesures entendent favoriser sa consommation et limiter l’achat d’eau en bouteille, afin de réduire l’utilisation du plastique. Il s’agira, entre autres,
d’assurer une meilleure gestion du goût de l’eau potable.

Vers la deuxième séquence des Assises de l’eau
Un deuxième volet des Assises de l’eau devrait s’engager dans les prochains mois autour de trois axes : adapter les besoins à la disponibilité de la ressource en eau, protéger et améliorer la qualité de l’eau et, enfin, partager pour lutter contre la raréfaction de cette ressource.

© Pixabay

Exit mobile version