AQUÆ
Société

NF X50-843, une norme pour les spas de bien-être

Temps de lecture : 2 minutes

Le comité d’experts réuni sous l’égide de l’AFNOR depuis 2011 soumet son projet de norme délivrant des exigences de conception et de fonctionnement des spas, à une enquête publique avant publication. Décryptage de la NF X50-843.

Les spas sont soumis à des contraintes techniques, sans aucun texte de référence autre que des labels privés comme le Spa-A ou la charte Spas de France. Aussi, depuis mars 2011, à l’initiative de l’AFNOR, une assemblée de spécialistes s’est constituée pour apporter un cadre public normatif à ce secteur en plein essor. Les vingt professionnels qui y ont participé représentent les diverses organisations liées à cette activité : Patrick Paris  (Antagua), Galya Ortega (Ortega Création et Training), Mireille Barreau (Ressourcea), Jean-Paul Dollet (Lux Elements), Valérie Di Michelangelo (Nuxe), Frédéric Lucea (l’Oréal), Laurent Dupont (Luchon Forme et Bienêtre),Olivier Arnout (Sofitel), Severine Merit (Club Med), Jérome Hereil et Sophie Delsahut (école Terrade Brive),Jean-Eric Knecht (Élégance groupe), Sandra Kennou (école des Spas et des Instituts), Laurence Letrou (école Catherine Sertou), Anne-Marie Le Niger(DGCCRF), Laurent Duc et Julie Besse (UMIH), Jacques Belorgey (FNHPA) et Aldina Duarte-Ramos (Spa-A). Cette norme s’applique aux établissements dont l’activité de spa de bien-être est soit l’activité principale soit une activité additionnelle. Sa vocation est de procurer un support à tout porteur de projet et de contribuer à la professionnalisation du secteur. Un objectif motivé par un certain nombre d’exigences classées en quatre catégories :

  • Conception et fonctionnement des spas qui délivre des critères de surface d’exploitation minimum de 150m²(intérieur et extérieur) avec des cabines comprises entre 10m2 et 12m², d’implantation des équipements conformes aux instructions du fabricant, à la réglementation et aux normes en vigueur, d’entretien et de gestion des installations et des équipements où il est notamment recommandé à l’exploitant d’établir et de maintenir en application une procédure de contrôle appropriée pour chaque type selon leur utilisation prévisible (usage modéré, intensif, etc.).
  • Soins et produits proposés préconisant au moins un soin sec et deux humides à la carte, un stockage et une conservation des produits qui respectent la législation européenne.
  • Compétences du personnel auquel il est demandé de remplir les différentes fonctions de direction et/ou management du spa, de coordination des plannings, de réalisation des soins, de surveillance et sécurité des personnes et de justifier de diplômes d’État, certificats et/ou titres homologués lui permettant la réalisation des prestations. Le choix des techniques, des produits et des équipements employés en dépendra.
  • Recommandations environnementales comme l’usage d’ampoules basse consommation, d’appareils électriques limité au temps d’utilisation, de système de veille pour les saunas, de système économe en eau pour les toilettes, etc.

Date limite : 15 octobre
L’avis des professionnels sur ce document est attendu jusqu’au 15 octobre prochain. Ensuite, l’AFNOR procèdera à un dépouillement public des différents commentaires le 29 octobre. Le texte définitif sera publié en fin d’année. À terme, il s’agit d’avoir un objectif de positionnement de la filière française du soin de beauté et de bien-être dans la démarche de normalisation européenne et une base de travail solide qui permettait l’élaboration d’une norme internationale(ISO).

À lire aussi...

Himalaya : la plus grosse réserve d’eau d’Asie en danger

TEAM AQUAE

Cyberattaque : faut-il craindre pour la sécurité de l’eau potable ?

TEAM AQUAE

Des innovations face à la menace de pénurie d’eau potable

TEAM AQUAE
Translate »
X