AQUÆ
Société

Dax, entre cession et renouveau

Temps de lecture : 2 minutes

Face à un déficit trop important, la compagnie thermale de Dax (40) envisage de cesser son activité fin mai pour laisser la place à des investisseurs privés et au développement de nouveaux projets.
La compagnie thermale de Dax, société d’économie mixte, a formulé, lors de son conseil d’administration du 29 mars 2013, une proposition de cessation d’activité à la fin du mois de mai. L’assemblée générale extraordinaire convoquée pour statuer sur cette motion, devrait rendre sa décision dans les prochaines semaines. Cette annonce fait suite aux conclusions du commissaire aux comptes de la CDT qui, lors d’un nouvel examen de ses comptes, lui a fait observer qu’avec un taux d’occupation du Splendid de 12 % ,un déficit d’exploitation de 1,6 M€ en2012 et de 2 M€ prévu en 2013, il était impensable que cette dernière puisse financer ses charges.
État des lieux
Un état des lieux qui a donc amené la ville, actionnaire majoritaire à hauteur de60 % de la SEM, à prendre la décision d’endiguer une telle situation, qu’elle tentait d’éviter depuis le départ anticipé en 2007 d’Accor. Le groupe hôtelier souhaitait réduire sa mission d’exploitant et de gestionnaire à cette dernière et avait essuyé un refus de la ville. L’affaire alors portée devant le tribunal de commerce avait duré deux ans, entre tractations et procès, avant que ne soit prononcée la rupture de contrat abusive à l’encontre du groupe, condamné à verser à la municipalité un an et demi de loyer. Face à cette nouvelle configuration, la CDT reprend transitoirement l’exploitation et la gestion des quatre établissements (Mirador, le Splendid, les résidences des Thermes et Dax Thermal). Dès 2010, elle entame une première procédure de vente de deux de ces centres, le Miradour et les thermes de Dax. Ont depuis été vendus, l’hôtel du Miradour (sans les thermes) à deux indépendants locaux, Jean-Louis Zevacco et Pierre Aratto, qui ont confié la gestion de l’établissement à l’enseigne Ibis Styles (Accor) qui doit ouvrir ce printemps. Et les thermes de Dax thermal qui ont été rachetés par Thierry Lacroix, ancien rugbyman, sans la partie hôtelière. Si la cessation d’activité était validée, les conséquences immédiates seraient un hôtel privé de ses clients, un personnel totalisant 70 personnes licenciées et les curistes habitués des soins de la résidence des Thermes redirigés vers d’autres sites à la saison prochaine.
Tourisme d’affaires et pôle santé bien-être
Leurs reconversions restent toutefois au cœur des préoccupations et les démarches engagées depuis 2012 pour ce faire se poursuivent. La CDT maintient sa volonté de mettre en œuvre un nouveau projet qui porterait une cohérence et une complémentarité entre le Splendid et les résidences des Thermes. Des investisseurs privés, sociétés hôtelières et groupes bancaires ont été approchés en ce sens. Côté CDT, le président, Jacques Pène, assure que la lenteur du processus tient à la difficulté du montage économique d’un tel programme. Prochainement, une société anonyme de préfiguration de ce dernier devrait se substituer à la CDT pour étudier sa faisabilité technique. Sur le fond, la rénovation devrait s’opérer ainsi : les résidences des Thermes deviendront un hôtel trois étoiles tandis que les anciens thermes du Splendid seraient transformés en un spa médical, avec développement d’un pôle hôtel-restaurant-tourisme d’affaires, un autre santé-bien-être, et un pôle « résidence » sur les deux établissements. Sur la forme, la ville resterait propriétaire du bâti mais sans autre implication dans la gestion.

À lire aussi...

Himalaya : la plus grosse réserve d’eau d’Asie en danger

TEAM AQUAE

Cyberattaque : faut-il craindre pour la sécurité de l’eau potable ?

TEAM AQUAE

Des innovations face à la menace de pénurie d’eau potable

TEAM AQUAE
Translate »
X