AQUÆ
Tourisme

Etude Therm&Veines, présentation des résultats

Temps de lecture : 2 minutes

AfrethLogo

Les Professeurs Christian-François Roques (président du Conseil scientifique de l’AFRETh) et Patrick Carpentier (Chef du service de Médecine vasculaire du CHU de Grenoble) ont présenté le 14 janvier 2014, à Paris, les résultats de l’étude Therm&Veines.

Financée par l’AFRETh, l’étude a été conduite par le Professeur Patrick Carpentier,  dans douze stations thermales : Argelès-­Gazost, Bagnoles-­de-­l’Orne, Barbotan-­les-­Thermes, Dax, Evaux-­les-­Bains, Jonzac, La Léchère-­les-­Bains, Luxeuil-­les-­Bains, Luz-­Saint-­Sauveur, Rochefort-­sur-­Mer, Saint-­Paul-­lès-­Dax et Saubusse-­les-Bains. Effectuée comme un essai contrôlé randomisé, Therm&Veines a pour objectif de montrer l’efficacité de la cure thermale dans la prise en charge de l’insuffisance veineuse chronique sévère.

La maladie veineuse chronique ?

La maladie veineuse chronique (MVC) est un handicap dont souffrent 3millions de personnes, hommes ou femmes, en France. Elle peut survenir dans les suites d’une thrombose veineuse aiguë ou de manière primitive, c’est-à-dire sans cause déterminable. Le coût global de la MVC est important : deux milliards d’euros par an (environ 700 € par patient). La MVC conduit à de nombreuses hospitalisations (1 800 000 journées par an) qui coûtent 800 Millions d’euros. La MVC occasionne des douleurs et de la gêne fonctionnelle, elle retentit très négativement sur la qualité de vie. La peau peut également être lésée ; les lésions cutanées ont tendance à s’aggraver et peuvent aboutir à des ulcères cutanés qui ont de nombreuses conséquences sur la qualité de vie comme sur la santé des personnes. 600 000 personnes, en France, sont porteuses de lésions de ce type ; le coût financier en est élevé : 10 000 € par an et par patient porteur d’ulcère. Les ressources thérapeutiques médicamenteuses et chirurgicales sont très limitées, le port régulier d’une contention est utile.

Les résultats de l’étude.

L’étude a montré que la cure thermale améliorait, à un an, de manière statistiquement significative, la qualité de vie (mesurée par un index générique et par un ,index spécifique de la MVC), les symptômes douloureux (mesurés par une échelle visuelle analogique) ainsi que le score de sévérité de la maladie veineuse (score de Rutherford), sans toutefois, pouvoir démontrer sur cette population, un effet de prévention de  la survenue d’ulcères cutanés.

Elle vient d’être publiée dans la revue Journal of vascular Surgery.

Les résultats scientifiques dans l’édition du 21 janvier d’Aquae

À lire aussi...

Nouveau spa thermal à Digne au printemps

TEAM AQUAE

Le sable, une ressource essentielle en voie de disparition

TEAM AQUAE

25e anniversaire de l’ESPA

TEAM AQUAE
Translate »
X