AQUÆ
Tourisme

Hôtellerie : bilan et perspectives

Temps de lecture : 2 minutes

L’hôtellerie française maintient sa rentabilité dans un contexte de stabilisation des taux d’occupation, après une année 2012 difficile.

KPMG a publié les résultats annuels de son étude « L’industrie hôtelière française », qui analyse les ratios d’exploitation du secteur à partir d’un panel de 3 000 hôtels représentant 240 000 chambres soit 44 % du parc homologué français. Alors qu’en 2012 les taux d’occupation avaient subi une baisse du fait d’une contraction du marché domestique, une stabilisation des performances a été enregistrée en 2013 (-0.1 point pour les 4 * et -0.3 point pour les 5 *). Les taux d’occupation des hôtels 3 * ont augmenté de 0,7 points, tandis que les segments économiques (1 et 2 *) ont vu leur taux reculer de 0,9 point. L’hôtellerie de luxe d’une part, et le marché parisien d’autre part, font figure d’exception. La performance de la première est en hausse de 3,9 points pour s’établir au niveau de 2011, grâce notamment au retour d’une clientèle étrangère. Quant aux hôtels parisiens, ils affichent en 2013 un taux d’occupation supérieur à 79 %.

L’étude relève fin juillet 2014 une baisse des performances sur tous les segments, en moyenne de 0,5 point par rapport à fin juillet 2013.

Dans ce contexte morose, les politiques tarifaires ont fait l’objet de révisions afin d’optimiser la fréquentation des établissements. Les prix moyens par chambre ont baissé en 2013 et tendent à se stabiliser en 2014 : -0,5 % sur les segments économiques, stable sur les 3 * et -1,9 % sur les hébergements haut de gamme. Cependant, KMPG note qu’après quatre années de baisse consécutive du résultat brut d’exploitation (rBE), la rentabilité repart à la hausse depuis 2013, appuyée par une bonne gestion des charges d’exploitation associée à une stabilisation de l’occupation.

Les perspectives 2014-2015 laissent présager un redémarrage lent qui pourrait cependant bénéficier d’un retour attendu du tourisme d’affaires. Selon KMPG, l’innovation sera l’un des enjeux de l’industrie hôtelière pour développer sa performance.

L’investissement dans le marché hôtelier en France demeure cependant dynamique, avec un volume de transactions estimé à 2,4 Mds € en 2013, principalement consti- tué par des portefeuilles d’hôtels. Le secteur hôtelier national a vu arriver une nouvelle génération d’investisseurs, à la fois professionnels et particuliers. Paris conserve la première place des marchés les plus prestigieux en Europe avec des prix de ventes records.

À lire aussi...

Recensement des grottes submergées en Corse 

Alban Derouet

« Les Jeudis sur l’eau », une régate hebdomadaire en baie de Seine 

TEAM AQUAE

Le tourisme fluvial face à la crise économique et sanitaire

TEAM AQUAE
Translate »
X