AQUÆ
Société

Une cartographie de la santé humaine

Temps de lecture : 2 minutes

projet baseline googleUne approche personnalisée de la santé du 21e siècle prend corps dans le « projet Baseline », souhaitant, à terme, jouer un rôle déterminant dans la prévention de la maladie. 

Verily Life Sciences, spécialisée dans la recherche sur les sciences de la vie et filiale d’Alphabet, maison-mère de Google, a annoncé, le 19 avril dernier, le lancement du « Projet Baseline ». En collaboration avec les universités américaines de médecine Duke et Stanford, l’entreprise va mener une étude longitudinale avec environ 10 000 participants – actuellement en phase de recrutement – suivis individuellement pendant quatre ans. Il s’agit, au moyen des derniers outils technologiques, d’explorer la santé de manière plus étendue et approfondie en récoltant des données médicales hébergées sur la plateforme sécurisée « Cloud » de Google.

Un suivi quotidien 

Le plan d’actions de Verily repose sur le suivi de personnes de tous âges, ethnies, milieux et modes de vie afin de fournir un échantillon le plus représentatif de la population humaine. Une fois par an, elles se rendront dans les centres d’étude pour des visites médicales. Par ailleurs, des rendez-vous trimestriels seront fixés pour les profils qui intéressent particulièrement les chercheurs. Des prélèvements, notamment de sang et de salive, seront effectués, et des tests spécialisés seront réalisés, comme un échocardiogramme ou encore une radiologie des poumons. Une visite pourra être proposée à la suite d’un événement important dans la vie du participant afin de voir comment la santé réagit. Leur mode de vie sera également étudié au moyen de questionnaires détaillés. Chaque jour, la santé sera évaluée grâce à des objets connectés : une montre contrôlera la fréquence cardiaque et le niveau d’activité ; un capteur placé sous le matelas examinera les habitudes de sommeil. Un apport personnel viendra compléter les données relevées par le biais d’enquêtes en ligne à compléter tous les trois mois, ou encore avec la tenue d’un journal de bord quotidien. Ainsi, les chercheurs pourront connaître les humeurs, le régime alimentaire et les changements médicaux (nouvelle prescription, hospitalisation) des participants, afin de développer une compréhension plus nuancée de l’évolution de la santé dans le temps.

Prédire la survenue de la maladie 

L’objectif est de « cartographier » la santé humaine afin de mieux comprendre l’itinéraire qui mène de la bonne santé à la maladie et d’identifier des facteurs de risques. Les chercheurs veulent, à terme, pouvoir prédire et mieux prévenir la survenue de la maladie ainsi que son développement, tester et mettre au point de nouvelles technologies pour garantir l’accès, l’organisation et l’analyse des informations de santé. Les responsables de l’étude espèrent que les informations recueillies conduiront à la conception de dispositifs novateurs, qui optimiseront le diagnostic médical et les traitements correspondants. Pour le moment, les centres d’étude ne sont localisés qu’aux États-Unis, mais le projet aspire à se déployer à l’international afin de saisir la diversité de la santé humaine à échelle mondiale.

À lire aussi...

Himalaya : la plus grosse réserve d’eau d’Asie en danger

TEAM AQUAE

Cyberattaque : faut-il craindre pour la sécurité de l’eau potable ?

TEAM AQUAE

Des innovations face à la menace de pénurie d’eau potable

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X