AQUÆ
Image default
Société

Enquête et rachat pour Maranatha

Temps de lecture : 2 minutes

En redressement judiciaire depuis l’automne dernier, le groupe, en phase de rachat, a reçu environ vingt offres pour la reprise de sa soixantaine d’établissements.

Le groupe hôtelier Maranatha, fondé et dirigé par le marseillais Olivier Carvin, se trouve en difficultés. Placé en redressement judiciaire fin septembre dernier par le tribunal de commerce de Marseille (13), il est également lié à une enquête judiciaire.

Une vingtaine d’offres de rachat
Le 17 avril, la société, spécialisée dans l’hôtellerie, l’immobilier et la finance, a reçu près de 20 offres de reprise. Même si la justice a affiché une préférence pour un rachat global, deux blocs se distinguent. Le « pôle historique » qui comprend une trentaine de 2 à 5 étoiles. Et le second qui inclut les Hôtels du Roy, six établissements de luxe à Paris (75) et Nice (06).
Le groupe AccorHotels s’est porté candidat en s’associant au fonds d’investissement américain Colony Northstar. De même que le gestion-naire de fortune français Tikehau Capital, Paris Inn, groupe français de gestion et commercialisation d’hôtels indépendants 4 et 5 étoiles, ou encore le groupe de Gilles Douillard, Attestor Capital et Loxi Hospitality. Honotel a également présenté une offre en partenariat avec Amundi et la Caisse des dépôts. Le tandem 123 IM, société de gestion indépendante dans l’immobilier, et Appollo, fonds d’investissement américain, a d’ailleurs proposé un rachat global.
Concernant le calendrier, ces propositions doivent être évaluées dans les prochaines semaines. Une décision pourrait être annoncée fin mai ou courant juin 2018.
À la tête de près de 60 établissements, Maranatha n’était pas propriétaire. Environ 6 500 investisseurs auraient versé plus de 700 millions d’euros pour les financer. La procédure de redressement en cours pourrait affecter 5 700 d’entre eux, qui ne récupèreraient pas nécessairement leur mise. Pour sauver les épargnants, il faudrait que le repreneur absorbe les dettes du groupe.

Décision de justice
Autre dossier en cours et qui concerne Maranatha, l’AMF (Autorité des marchés financiers) avait lancé une enquête qui concerne les liens entre le groupe et CPF (Conseil patrimoine finance), dirigé par Jack Sautjeau, Christophe Roche et Samuel Sautjeau. Le cabinet, qui était chargé de la distribution de produits d’investissements de Maranatha (gammes Finotel et Club Deal), s’est particulièrement vu reprocher des « manquements multiples » à ses obligations légales. La décision, qui a été publiée le 16 avril dernier, stipule que « le registre des conflits d’intérêts de CPF, dans ses versions de mars 2015 et 2016, ne faisait pas état des commissions  perçues du groupe Maranatha, pourtant significatives car représentant 5 à 10 % des souscriptions des clients et 0,50 à 1 % des encours générés ». Considérant que l’entreprise a « manqué à l’obligation d’agir de manière honnête, loyale et professionnelle », l’autorité a pris des sanctions à l’encontre de CPF. La société devra s’acquitter d’une amende de 300 000  euros, et les dirigeants de 160 000 euros en tout à titre personnel.

© Maranatha – Mas des Herbes Blanches Hôtel & Spa

 

 

À lire aussi...

Des innovations face à la menace de pénurie d’eau potable

TEAM AQUAE

Thermalisme : 63 % de curistes en moins en 2020 en raison de la crise sanitaire

TEAM AQUAE

La Collectivité de Corse devient propriétaire de 100 % des Eaux d’Orezza 

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X