AQUÆ
Image default
Société

L’oxygénothérapie hyperbare pour le bien-être

Jusqu’à présent réservée au milieu hospitalier, l’oxygénothérapie hyperbare se développe désormais dans le secteur du bien-être et de la beauté.

Un premier établissement d’oxygénation hyperbare bien-être, le centre O² Relax, vient de voir le jour à Paris (75) avec pour objectif d’étendre le champ d’action de l’OHB (oxygénothérapie hyperbare). En effet, cette dernière est utilisée en France par les hôpitaux et les cliniques. Le traitement s’applique à des embolies gazeuses, des accidents de plongée, des intoxications au monoxyde de carbone ou d’autres pathologies telles que les surdités brusques ou les troubles de la cicatrisation, et a pour fonction d’apporter aux patients une quantité importante d’oxygène.
La société Kiné-B a ajusté sa technologie afin qu’elle s’adapte au plus grand nombre. Elle prend la forme d’un caisson dans lequel il est possible de s’asseoir ou de s’étendre. La pression y atteint 1,3 ATA et, dès lors, l’utilisateur inhale de l’oxygène pur à 97 % grâce à des lunettes nasales, contre 20 % environ dans un air ambiant. Les séances durent entre 60 et 90 minutes, hors temps de mise en pression et de dépressurisation.
Les protocoles d’OHB peuvent se destiner aux sportifs afin d’optimiser la résistance à l’effort et prévenir les éventuelles lésions de type crampes, ruptures musculaires ou fractures de fatigue. Ils sont aussi indiqués en cas de stress pour améliorer la qualité du sommeil, soulager la douleur liée aux migraines ou en cas de jetlag. Enfin, l’OHB, en stimulant les fibroblastes, accélère la cicatrisation et favorise la production naturelle de collagène, d’élastine et d’acide hyaluronique.
Aucune prescription n’est requise mais un questionnaire est remis qui renseigne sur les antécédents médicaux et chirurgicaux, ainsi que sur les traitements suivis afin de vérifier la compatibilité du soin avec l’état de santé du patient. L’OHB est en particulier contre-indiqué pour les femmes enceintes, les personnes souffrant d’affections respiratoires ou pulmonaires.

 

À lire aussi...

La seconde vie des filets de pêche plastiques

Aquae

Un mariage sous la mer

Aquae

Marin pêcheur : métier et danger au quotidien

Aquae

Leave a Comment

dix-huit − un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »