AQUÆ
Image default
Société

Serge Pilicer – Président fondateur des Entretiens internationaux du tourisme du futur

Temps de lecture : 2 minutes
Serge PilicerLe thermalisme du futur sera-t-il subi ou choisi ?

Depuis plus d’un millier d’années, le bienfait de l’eau n’est pas à remettre en question. Bien au contraire, l’eau est notre équilibre, elle est la vie. Elle a des vertus innombrables. Force est de constater que la confirmation de ses bienfaits a engendré une accélération de la monétisation de ses bénéfices ! Il n’est pas à regretter que le bien-être soit devenu une faculté payante, mais il est à regretter que les bénéfices soient devenus disproportionnés selon le camp dans lequel on se trouve. L’offreur ou le bénéficiaire. L’équilibre du bien-être devra dorénavant être aussi stable que l’association des molécules d’hydrogène et d’oxygène. Les instances publiques doivent poursuivre leur démarche d’encouragement en faveur des politiques de bien-être total pour que l’individu soit équilibré dans une société de plus en plus fracturée. D’aucuns avaient imaginé que la maîtrise de l’eau thermale leur donnait des facultés de marcher sur l’eau, une sorte de droit d’usage exclusif, pendant que d’autres s’apprêtaient à boire la tasse ! Ce temps est révolu et nous allons devoir, dans le dialogue, réinventer cet équilibre sans remettre en question l’apport économique et le dynamisme du tourisme de santé. Ne serait-il pas utile de créer la première « écEautaxe », permettant d’optimiser les processus indispensables du recyclage de l’eau thermale et de créer une enveloppe de reversement dont la ventilation serait équitablement faite entre les actions publiques, les acteurs du thermalisme et les acteurs du recyclage en local de la ressource ? Cette ventilation inattendue et novatrice, que nous pourrions considérer comme une forme de péréquation sur l’eau, pourrait aussi permettre d’abonder vers des territoires touristiques ne bénéficiant pas d’éléments environnementaux favorables leur permettant de se développer vers d’autres secteurs. Pour réussir le thermalisme de demain, il faut « EAUSER », et redonner à la principale richesse de notre terre ses vraies vertus, à savoir la sérendipité, non pas scientifique, mais sociologique. La réussite du thermalisme de demain passera par un partage intelligent de la ressource.

 

À lire aussi...

Objectif Lune : le temps de la reconquête ?

Lucie Lefebvre

Impact du COVID-19 : et le transport maritime dans tout ça ?

Lucie Lefebvre

La Chine surveille le risque de pénurie d’eau dans le nord du pays

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Translate »