14 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
Stratégie

Solidarité COVID-19 : de la méditation pour les soignants au CHU de Bordeaux

Modifié le Temps de lecture : 2 minutes


Créé l’année passée, le
Centre de ressources et de recherche en hypnose et méditation, unité du pôle neurosciences du CHU de Bordeaux, est actuellement en première ligne pour venir en aide aux soignants. « La méditation de pleine conscience permet de mieux prendre soin de soi afin de mieux prendre soin des autres », déclare le Pr François Sztark, responsable du service.

Gérer le stress et/ou l’angoisse, résister à la fatigue (physique et morale) due aux difficultés et au surcroît de travail, prévenir le burn out et, en parallèle, vivre le confinement sont le lot quotidien du personnel de santé qui côtoie les malades du COVID-19. Pour solutionner en partie ces problèmes et apporter une aide, le CHU propose, depuis le 23 mars, du lundi au vendredi à 14 heures, une séance en visioconférence de méditation de pleine conscience (selon le programme « MBSR » Mindfulness-Based Stress Reduction/réduction du stress basée sur la pleine conscience) : des séances de 20 min, conduites par un médecin instructeur, suivies actuellement « en direct » par quelque 20 à 40 personnes depuis leur domicile ou l’hôpital. Des séances par ailleurs enregistrées et mises à disposition de tout le personnel, dès la fin d’après-midi, sur un serveur du CHU accessible avec un code sécurisé. Une initiative novatrice au sein d’un groupe hospitalier, que le Pr François Sztark a souhaité proposer plus largement. Actuellement, tous les hôpitaux de la Gironde ont rejoint ce programme et une action avec les services de l’ARS Nouvelle-Aquitaine se met en place pour élargir le dispositif à la région.

L’action va continuer tout l’été ; huit médecins instructeurs et un psychologue (du service de la médecine du travail) se relaient pour assurer la permanence quotidienne. Un premier bilan devrait être tiré à l’issue de ces quelques mois de fonctionnement. D’ores et déjà, les retours au service sont positifs, la fidélisation est présente, l’audience ne diminue pas ; le service rendu est indéniable. Les utilisateurs appartiennent principalement au corps médical (aides-soignant(e)s, infirmie(è)r(e)s, médecins), sachant que certains membres des services généraux ou des services techniques sont régulièrement à l’écoute de ce programme.

Jennie Sourzac, infirmière, témoigne : « Les séances de méditation quotidiennes ont un réel effet sur la gestion du stress et des émotions, il sagit dun moment personnel de bien-être qui me permet de ralentir et distancier mes pensées et de me recentrer. Après la séance, je me sens mieux physiquement et psychologiquement, et, dune certaine manière, plus efficace et clairvoyante dans ce que jentreprends. À titre personnel, la méditation ma beaucoup aidée et continue de maider dans la gestion des émotions et de ses conséquences ; il m’est devenu nécessaire et naturel davoir une pratique quotidienne ». À ce jour, environ 2 980 connexions sur le site ont été totalisées, le CHU regroupant 10 000 personnes susceptibles de se connecter.

Pour compléter cette offre de prévention en période COVID, le Centre a aussi instauré une téléconsultation d’autohypnose pour aider les soignants en plus grande difficulté. Une démarche individuelle de soins plus ciblée et plus spécifique, mais nécessaire pour certains membres du personnel. L’hypnose et la méditation, d’utilisation récente, se positionnent dans la grande catégorie des INM (Interventions non médicamenteuses), des pratiques qui s’implantent progressivement et de plus en plus en milieu hospitalier.

© Ksenia Makagonova – Unsplash

À lire également sur Aquæ...

X