AQUÆ
Image default
Société

Serge Ferrari met au point une toile destructrice du coronavirus


La société iséroise répond à la problématique des lieux de grande fréquentation avec un tissu utilisable sur toutes les surfaces qui élimine 95 % du virus en 15 min. 

Le groupe Serge Ferrari, concepteur de matériaux composites souples pour des applications d’architectures légères et d’aménagements extérieurs (toiles pour stores, tentes et barnums, façades, recouvrement de mobilier…), a breveté une technologie qui rend ses membranes virucides. Cette innovation vise à sécuriser, en complément de mesures sanitaires, les surfaces des établissements accueillant du public, tels que les structures de santé, de loisirs et de bien-être, les bureaux ou encore les cafés-hôtels-restaurants. 

Pour y parvenir, des particules d’argent sont introduites dans les membranes composites. En effet, il a été montré que celles-ci possédaient des propriétés antimicrobiennes et antivirales résultant de mécanismes encore indéterminés. Appliquées aux tissus de l’entreprise basée en Isère, elles permettent de réduire le nombre de virus présents sur la surface de 95 % après 15 min de contact et de 99,5 % après 60 min de contact. Des résultats validés par le laboratoire VirHealth, spécialisé dans les applications virucides des technologies de décontamination et de désinfection.   

Lire aussi :  Les UV, une solution de destruction des virus et des bactéries

Le matériau peut se décliner en housses de protection de mobilier (tables, chaises, matelas, comptoirs d’accueil…), adhésifs repositionnables pour poignées de porte, rampes d’escalier, etc., ou cloisons fixes et mobiles (séparation de box…).   

© Walter BABIC

À lire aussi...

La seconde vie des filets de pêche plastiques

Aquae

Un mariage sous la mer

Aquae

Marin pêcheur : métier et danger au quotidien

Aquae

Leave a Comment

1 × deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »