11 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
Carte Blanche

#JourdApres, la tribune de Nicolas Daragon : Auvergne-Rhône-Alpes, la référence de la prévention santé et du mieux-être de demain

Modifié le Temps de lecture : 3 minutes


Par Nicolas Daragon

Vice-président tourisme et thermalisme d’Auvergne-Rhône-Alpes
Président d’Auvergne-Rhône-Alpes tourisme
Maire de Valence


 

Je suis maire de Valence et depuis toujours je vis au bord de l’eau, et plus précisément du Rhône. L’eau est importante sur un territoire, elle en constitue la sève. Valence dispose de 17 kilomètres de canaux qui l’irriguent et permettent une respiration dans la ville. Un proverbe chinois dit “La montagne et l’eau finiront par se rencontrer”, je l’ai vérifié lorsque je suis devenu vice-président au tourisme et au thermalisme de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Nous n’avons ni la mer, ni l’océan, mais nous avons la montagne, les lacs et des sources qui nous permettent d’avoir 24 superbes stations thermales.

J’ai souhaité ajouter clairement “thermalisme” à ma délégation et en faire une priorité de la politique touristique régionale, car les stations thermales représentent des écosystèmes complets autour de l’eau et importants pour le développement économique de notre Région.

Le thermalisme n’avait pas bénéficié d’investissement massif depuis plus de 15 ans dans notre région. Dès le début du mandat, je me suis donc engagé à commencer la rénovation des stations, celle des thermes, bien sûr, mais en lien avec les collectivités afin que ce soit l’ensemble de la station qui soit, à terme, en mesure d’accueillir au mieux les curistes et les touristes.

C’est ainsi qu’avec le président Laurent Wauquiez, et sous la houlette de Frédéric Bonnichon, maire de Châtel-Guyon et élu régional, nous avons lancé un vaste Plan thermal de 23 M€ en novembre 2016, qui a retenu au sein de son premier volet 15 stations (pour les projets d’investissement des stations : rénovation, création, extension des établissement thermaux et espaces bien-être et requalification urbaine des stations et pour les actions collectives d’innovation, de formation/professionnalisation et de promotion).

Très vite, nous avons réfléchi à un second volet de 20 M€, car face à l’évolution des modes de vie et au vieillissement de la population, de plus en plus de personnes ont conscience de l’importance d’améliorer et de préserver leur capital santé. La station thermale de demain doit donc s’envisager avant tout comme une véritable station touristique au sein de laquelle l’ensemble des composantes de la prévention santé sont présentes. Ce n’est plus uniquement l’affaire de l’établissement thermal, mais cela doit infuser l’ensemble de la station, notamment autour de piliers prioritaires : la santé, les activités physiques, le volet mental, la nutrition et l’environnement jouent également un rôle majeur. La station thermale de demain devra ainsi proposer des offres globales, validées médicalement, au sein d’un parcours client personnalisé et faisant travailler ensemble tous les acteurs de la station. L’objectif étant de construire une offre permettant d’être ou de rester en “pleine santé ».

Enfin, nous venons de sortir du confinement et la vision du tourisme bienveillant dont nous prônons les valeurs depuis presque 2 ans prend tout son sens dans ce contexte de crise sanitaire. Face aux défis contemporains et la quête de sens qui caractérisent cette dernière décennie, nous sommes amenés à nous questionner et à avoir la pleine conscience et l’entière responsabilité personnelle et collective de nos actions et de leurs impacts environnementaux, économiques et sociétaux.

Je ne peux pas taire, non plus, les incidences de la pandémie sur le secteur thermal qui est un des secteurs les plus touchés, et durablement. En ma qualité de président d’Auvergne-Rhône-Alpes tourisme, je peux vous assurer que les équipes travaillent ardemment à un plan de relance de la consommation dédié à la filière, avec des actions de réassurance. Une 1re étape consistera à valoriser le cadre général de la station (environnement, patrimoine, art de vivre…), avant de renforcer la communication autour des offres à l’automne et sur la fin d’année pour soutenir la saison 2021.

Le travail sur un produit de prévention santé spécifique se poursuit et est plus que jamais d’actualité au vu du contexte. Les partenaires engagés sont : Thermauvergne, Rhône-Alpes thermal et la Fédération thermale Auvergne-Rhône-Alpes, l’Institut interuniversitaire de médecin thermale, le cluster Innovatherm, le Campus des métiers et des qualifications thermalisme, bien-être et pleine santé…

Vous l’aurez compris, avec l’ensemble des stations et de nos partenaires, dont nous sommes très proches, la Région veut construire une dynamique collective et apporter un supplément d’âme en travaillant sur un segment émergent entre prévention-santé et bien-être.

L’objectif est d’attirer des clientèles désireuses de découvrir des stations thermales qui soient des destinations touristiques respectueuses du vivant… et de devenir la Région thermale de référence en matière de prévention santé et de mieux-être.

Je poursuivrai ma chance jusqu’au fond de l’eau.” Jules César

 

À lire également sur Aquæ...

X