12 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
Innovation

Un assistant vocal au service des patients et des soignants

© Freepik
Modifié le Temps de lecture : 2 minutes


La société Vivoka va profiter de l’accompagnement de Grand Nancy Innovation pour développer sa solution de commandes vocales dans le secteur de la santé, en particulier pour l’autonomie des séniors, le suivi des pathologies chroniques et la productivité des professionnels de santé.

Vivoka, startup française fondée en 2015 et spécialisée dans les assistants vocaux, a remporté l’appel à projets du Grand Nancy, Business Booster Santé. Alors que la filière santé est devenue une priorité pour la métropole dans le contexte de pandémie de COVID-19, ce programme a été lancé en mars 2020 avec l’ambition d’accompagner le développement de solutions innovantes. Trois thématiques se sont dégagées en particulier : les soins, les dispositifs médicaux, ainsi que la santé connectée.

Un accompagnement personnalisé pour se diversifier

La jeune pousse Vivoka s’est illustrée dans la catégorie Exploration. Elle va donc bénéficier d’un coaching personnalisé par Grand Nancy Innovation, qui anime l’écosystème d’innovation métropolitain. Ce qui lui offrira la possibilité d’accélérer la diversification de sa technologie dans le secteur de la santé. Un déploiement notamment motivé par la crise sanitaire : « Suite à la situation sanitaire, nous avons mesuré un fort intérêt de notre technologie pour le milieu médical. Dans ce cadre, l’accompagnement du Grand Nancy nous permettra de gagner un temps précieux dans les premières phases de développement du projet », explique le PDG, William Simonin.

Lire aussi :  Levée de fonds pour les assistants vocaux de Vivoka

Mettre en lien patients et professionnels de santé

La startup s’oriente ainsi vers trois pistes de travail. Tout d’abord, elle s’intéresse à l’autonomie des séniors : pour faciliter le maintien à domicile, des commandes vocales pourraient encourager l’autonomie (fermeture des volets, contrôle des lumières, etc.). L’idée serait également de freiner l’évolution des pathologies dégénératives en instaurant des interactions à distance.

En parallèle, le suivi clinique des maladies chroniques est étudié. Un assistant vocal mettrait alors en relation le patient et les professionnels de santé et, par exemple, ajusterait une prescription sans se déplacer.

Enfin, la productivité du personnel soignant se trouve en ligne de mire. Le dispositif enregistrerait les demandes des patients qui seraient ensuite transmises aux équipes, évitant ainsi des va-et-vient aux soignants. Il pourrait aussi assurer des tâches que certains patients ne peuvent effectuer, comme allumer la télévision.

À lire également sur Aquæ...

X