20 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
Europe Mondoscopie

L’Italie subventionne les vacances des Italiens sur la péninsule

© Braden Collum - Unsplash
Modifié le Temps de lecture : 2 minutes


Le « bonus vacances », lancé le 1
er juillet par le gouvernement italien et ouvert jusqu’à la fin de l’année 2020, permet d’offrir jusqu’à 500 euros aux Italiens qui séjournent dans des structures hôtelières sur le territoire national.

Afin de relancer l’activité touristique, qui représente 13 % du PIB (produit intérieur brut) du pays, l’Italie a mis au point un dispositif de soutien financier encourageant la population à partir en vacances dans la péninsule. Et ce, alors que les estimations tablent sur 56 millions de nuitées en moins, dont 43 millions concernent les touristes étrangers, et une chute de 3,2 milliards d’euros du chiffre d’affaires, selon une enquête commanditée par le syndicat des entrepreneurs touristiques Assoturismo Confesercenti. Il s’agirait des chiffres les plus bas observés par ce secteur depuis 1998.

Lire aussi :  Des pertes estimées à 3 000 milliards d'euros pour le tourisme dans le monde

Une prise en charge des dépenses dans les hôtels nationaux

Opérationnel depuis le 1er juillet, le système de « bonus vacances » consiste à participer aux dépenses des ménages qui prévoient de se rendre dans une structure hôtelière sur le territoire national. Trois niveaux de prise en charge ont été établis : 150 euros pour une personne seule, 300 euros pour deux personnes et 500 euros pour une famille de 3 individus, ou plus. Le gouvernement italien a d’ailleurs débloqué une enveloppe de 2,4 milliards d’euros à cet effet. 

L’opération, qui doit s’étaler jusqu’au 31 décembre, repose sur une application mobile lancée par le ministère de la Culture. Les individus souhaitant en profiter doivent donc l’installer sur leur téléphone afin que l’administration vérifie que les revenus annuels du foyer n’excèdent pas 40 000 euros. Ensuite, les utilisateurs reçoivent un QR code qu’ils peuvent présenter aux établissements participants. Les bénéficiaires ne doivent alors payer qu’une partie de leur note : ils profitent d’un rabais de 80 % sur la somme due, les 20 % restants prennent la forme d’une déduction d’impôts.

© Braden CollumUnsplash

À lire également sur Aquæ...

X