AQUÆ
Image default
Planète

Allo Houston, on a de l’eau sur la Lune

Temps de lecture : 2 minutes

Le robot MoonRanger a réussi les tests de conception et sera envoyé sur la Lune en 2022 pour préparer la mission d’exploration de la NASA, Artemis III. 

Si la recherche d’eau sur d’autres planètes attise les fantasmes de découverte de vie extraterrestre, la mission de MoonRanger sur la Lune n’a pas tout à fait cette finalité. Il s’agit bien de trouver le précieux or bleu, mais en tant que carburant…

Pour que la femme marche sur la Lune 

Le robot, mis au point par la startup Astrobotic et l’université Carnegie Mellon (États-Unis), vient de passer avec succès la phase de test préliminaire de conception. Il sera envoyé sur la Lune en 2022. De la taille d’une valise, le rover est relativement petit, mais il pourra aller plus vite que les robots d’exploration précédents. MoonRanger sera ainsi capable de parcourir 1 000 mètres par jour, un record pour son espèce ! Et sera doté d’un spectromètre à neutrons, un outil qui lui permettra de déterminer la quantité d’hydrogène dans le sous-sol. 

Pendant 14 jours, le petit explorateur sillonnera la surface du satellite naturel pour mesurer l’abondance d’eau dans la région du pôle sud. Et ce, alors que des traces de glace ont d’ores et déjà été détectées dans cette zone. 

Mais si MoonRanger ne part pas à la recherche de petits hommes verts, pourquoi cherche-t-il de l’eau ? En fait, il doit servir d’éclaireur pour Artemis III, la mission d’exploration de la NASA dont le lancement est prévue en 2024. Et qui a pour ambition de ramener l’homme sur la Lune, mais aussi d’y envoyer la première femme. 

La ruée vers l’eau

Le séjour devrait durer environ 1 mois, avec 6 jours et demi sur place. Et la raison pour laquelle la découverte d’eau représente un enjeu crucial, est que le trajet demande beaucoup d’oxygène et de carburant. Si la matière première était détectée, elle pourrait être exploitée pour le séjour sur place et le trajet retour. 

Dans sa mission, le petit robot aura un concurrent : la NASA lance son propre explorateur pour préparer le terrain, Viper. Celui-ci doit fouler le sol du satellite en décembre 2022 au même endroit que MoonRanger et avec le même objectif…

©photo : neven krcmarek sur unsplash

À lire aussi...

Le hamburger américain, cause de stress hydrique dans l’ouest des États-Unis

TEAM AQUAE

Inondations en Afrique : une nouvelle ère hydroclimatique

TEAM AQUAE

Déficit hydrique : l’Asie occidentale et l’Afrique du Nord fortement touchées

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X