fbpx
AQUÆ
Image default
Société

Le gouvernement signe la fin des Delphinariums

Temps de lecture : < 1 minute


Barbara Pompili a annoncé qu’il était temps de mettre fin à la détention d’animaux sauvages en France dont les delphinariums.

Le 29 septembre 2020, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé la fin progressive de la présence de faune sauvage dans les cirques itinérants, la fin de la présence d’orques et de dauphins dans les delphinariums, la fin des élevages de visons pour leur fourrure et l’amélioration des conditions de détention dans les parcs zoologiques. Elle a évoqué « un tournant majeur pour les animaux sauvages dans notre société » et a insisté sur le fait qu’il ne s’agissait en aucune façon d’agir contre les professionnels concernés. 

Cette décision, elle la justifie comme une prise de conscience nécessaire dans notre société. «  Fauves, éléphants, singes, dauphins ou encore visons : il est temps d’ouvrir une nouvelle ère dans notre rapport à ces animaux. Il est temps que notre fascination ancestrale pour ces êtres sauvages ne se traduise plus par des situations où l’on favorise leur captivité par rapport à leur bien-être », a-t-elle précisé.

Concernant les orques et les dauphins, la ministre a avancé qu’ils avaient « conscience de leur captivité » et que « leur place n’est pas dans un delphinarium ». En conséquence, le gouvernement n’autorisera plus l’ouverture de nouvelles structures. Pour les trois qui existent actuellement en France, Barbara Pompili a fait savoir qu’il n’y aurait plus d’introduction « de nouveaux animaux », de même que cesserait « la reproduction en captivité ». Les animaux actuellement hébergés dans ces structures pourraient être déplacés dans un sanctuaire.

Ces modifications s’étaleront sur plusieurs années

À lire aussi...

Les mauvais chiffres des eaux minérales belges

TEAM AQUAE

Une plongée pleine d’enseignement dans deux siècles d’inondations

TEAM AQUAE

Le modèle de gestion publique de l’eau en question

TEAM AQUAE
Translate »
X