AQUÆ
Image default
Planète Télex

L’eau en Crimée, une question hautement politique

Temps de lecture : < 1 minute

 

Aujourd’hui, les résidents de la Crimée sont nombreux à vivre au rythme des coupures d’eau. Les réserves d’eau dans les réservoirs de Crimée ne sont pas suffisantes pour assurer un approvisionnement ininterrompu. L’eau est devenue le principal déficit de la péninsule après l’annexion russe en 2014. 

Comment ?

Tout se joue avant que la Crimée ne tombe aux mains de la Russie : tout le nord du territoire était alors irrigué par le canal de Crimée du Nord ; un immense ouvrage d’infrastructure achevé sous l’époque soviétique en 1971 qui fournissait les eaux du Dniepr à toute cette région. Mais à la suite du conflit en 2014, l’Ukraine a décidé de réduire considérablement le débit d’eau qui passe par le canal, entraînant des épisodes de pénuries en Crimée auxquels la Russie ne parvient toujours pas à trouver de réponse adaptéeCette année, une autre difficulté s’ajoute : les réserves en eau, déjà basses en 2019, n’ont pas pu se reconstituer avant l’été, traditionnellement chaud en Crimée.

Selon le centre hydrométéorologique de Crimée, 2020 s’annonce comme la plus sèche jamais enregistrée en 150 ans d’existence de mesures. Des conséquences considérables, autant dans la consommation d’eau potable, nécessaire à la population, que dans l’approvisionnement des terres agricoles de la région. Autre conséquence environnementale subie : l’utilisation des eaux souterraines pour compenser la perte des eaux du canal apporte la salinisation de l’eau et des sols, et pourrait entraîner des dommages irréversibles, selon les scientifiques, sur l’agriculture en Crimée. 

Le gouvernement russe réagi à la situation en octobre dernier, en votant un plan quadriennal de 530 M. Ce plan prévoit notamment que 89 M€ soient consacrés à l’édification d’usines de désalinisation. Reste à savoir comment va s’opérer la mise en œuvre énergétique d’un tel plan dans un pays où les installations électriques sont en déficit… 

© WALDEMAR-BRANDT – Unsplash
 

À lire aussi...

Suisse : 130 kilos de mercure retrouvés chaque année dans les eaux usées 

Alban Derouet

Découverte d’un requin fossilisé de 150 millions d’années 

Alban Derouet

Quand la mort d’un glacier sème la vie

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X