AQUÆ
Image default
Planète Télex

L’Arctique, ce futur « raccourci » fluvial russe entre l’Europe et l’Asie 

Temps de lecture : < 1 minute

 

Les autorités russes offriront, dès l’an prochain, un hectare à tous ceux qui voudront s’installer en Arctique. Il ne s’agit en rien d’un trait d’humour mais bel et bien d’une nouvelle stratégie déployée par le gouvernement russe. Baptisé « Hectare arctique », le programme, qui prévoit donc l’octroi gratuit d’une parcelle à tous les Russes souhaitant s’installer dans le Grand Nord, s’inscrit dans le cadre du développement voulu par Vladimir Poutine de la région et de sa population.

Les terrains concédés pour cinq ans devront servir à construire des logements ou à lancer une activité économique. Et passé ce délai, leurs exploitants pourront les acheter, les louer ou repartir. Cette stratégie de développement régional de l’Arctique est prévue à l’horizon 2035 et représente un enjeu majeur pour la Russie en raison des abondantes ressources naturelles du territoire.

Autre intérêt, avec le phénomène de fonte des glaces dû au réchauffement climatique, la Russie envisage le passage au Nord-Est – la voie maritime la plus courte entre l’Europe et l’Asie qui longe la côte nord de la Sibérie – comme un possible corridor de transport international et une voie privilégiée pour les cargos chinois.

Actuellement uniquement praticable en été, Moscou prévoit d’y intensifier la navigation d’ici à 2035, notamment grâce à la construction de cinq brise-glaces nucléaires universels et trois brise-glaces à propulsion nucléaire de classe Leader ‒ les plus grands au monde.

 © NOAA – Unsplash 

À lire aussi...

De l’eau jaillirait d’une lune de Jupiter

Charline Chaminaud

Le Maroc, nouveau fournisseur d’hydrogène vert de l’Europe

TEAM AQUAE

Suisse : 130 kilos de mercure retrouvés chaque année dans les eaux usées 

Alban Derouet

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X