AQUÆ
Image default
Société Télex

Une start-up améliore l’accès à l’eau potable au Rwanda

Temps de lecture : 2 minutes

L’entreprise Water Access installe des kiosques de distribution d’eau potable au Rwanda. La start-up créée par la Rwandaise Christelle Kwizera en 2014 dispose aujourd’hui de 86 mini-réseaux d’eau situés un peu partout dans le pays. 

Ces dispositifs permettent à plus de 71 000 personnes d’accéder à l’eau potable. Chaque kiosque peut approvisionner environ 2000 habitants. « On va dans des villages où les puits ne fonctionnent plus : on les rénove, puis on installe une pompe hybride qui utilise de l’énergie solaire ou de l’électricité et un filtre », explique Christelle Kwizera.

Un accès simple et abordable à l’eau potable

Une étude gouvernementale réalisée en 2018 révèle que 39 % des Rwandais souffrent d’un mauvais accès à l’eau potable selon les normes internationales (plus d’une demi-heure pour accéder à de l’eau consommable). Et 66 % des foyers n’ont pas d’accès de proximité à l’eau potable.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par WARwanda (@waterrwanda)

Nous voulons apporter à tous un accès simple, durable et abordable à l’eau », explique la fondatrice de Water Access. Les habitants peuvent choisir entre l’approvisionnement direct au kiosque public (un franc rwandais par litre, soit un euro les 1100 litres d’eau) ou l’installation d’un compteur d’eau prépayé au sein du foyer.

Les 290 000 euros générés par Water Access ont été réinvestis dans l’implantation de nouveaux réseaux d’eau. La fondatrice espère rentabiliser son entreprise d’ici 2022, notamment grâce au développement de ses activités : « Nous voulons être capables d’installer une centaine de mini-réseaux par mois, contre quatre actuellement, ce qui fera diminuer le prix par installation de moitié ».

L’eau, un enjeu de santé publique pour le Rwanda

Dans un pays ou 90 % de la population, soit 11 millions de personnes, n’a pas accès à l’eau potable à domicile, Water Access constitue une avancée dans la lutte contre les maladies. Beaucoup de communautés s’approvisionnent en eau dans la rivière Nyabarongo, l’un des plus grands cours d’eau du Rwanda. Cette eau non potable est l’un des principaux facteurs d’infections telles que le choléra. Les maladies liées à l’eau figurent parmi les premières causes de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans dans le pays. 

C’est de ce constat qu’est né le projet Water Access Rwanda, explique Christelle Kwizera. L’entrepreneuse envisage de doter les communautés administratives de filtres à eau ou de nouveaux kiosques. De l’eau propre à la consommation pourrait être ainsi distribuée dans plus de 30 districts d’ici 2022.

En décembre 2020, grâce à son projet, la jeune femme a remporté le Cisco Youth Leadership Award, qui récompense les contributions importantes dans la lutte contre la pauvreté. Selon le gouvernement rwandais, l’accès à une hygiène de base aurait augmenté de 20 % depuis les années 2000.

© Cassandra Duval

À lire aussi...

Des innovations face à la menace de pénurie d’eau potable

TEAM AQUAE

Thermalisme : 63 % de curistes en moins en 2020 en raison de la crise sanitaire

TEAM AQUAE

Paléontologie : découverte d’un lézard marin aux dents de requin 

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X