AQUÆ
Image default
Planète

Une cathédrale d’eau enfouie dans les entrailles de Paris

Sous le parc Montsouris se trouve l’un des cinq réservoirs d’eau potable d’Île-de-France, qui alimente 20 % des Parisiens. Taillée dans le calcaire il y a plus de 150 ans, cette véritable cathédrale souterraine est l’un des secrets les mieux gardés de la capitale.

Une piscine géante aux eaux bleu lagon

Visible depuis la rue de la Tombe Issoire dans le 14e arrondissement, le lanthernon apparaît, orné des carreaux de faïence colorés typiques du Second Empire. Soutenues par 1800 piliers, les voûtes de la cathédrale souterraine d’eau de Paris arborent la devise de la ville : « Fluctuat nec mergitur ». En dessous s’étend un lac de 4 mètres de profondeur aux eaux transparentes, teintées de bleu lagon lorsque la lumière les traverse.

Guillaume Picon, auteur du livre « Les patrimoines de l’eau », explique que le réservoir de Montsouris a été construit entre 1869 et 1875 par le polytechnicien Eugène Belgrand. Le baron Haussmann lui aurait demandé de réaliser cet édifice qui contient plus de 200 000 mètres cubes d’eau potable, l’équivalent de 80 piscines olympiques.

Cette prouesse architecturale avait pour but d’alimenter Paris en eau potable de qualité et en quantité suffisante. Aujourd’hui, son utilité n’a pas changé, malgré une modernisation des outils techniques.

Un « truitomètre » pour surveiller la qualité de l’eau

Jusqu’en 1995, plusieurs aquariums situés au-dessus des réservoirs abritaient des truites. Gardiennes des lieux et de la qualité des eaux parisiennes, elles avaient pour mission de détecter la présence de bactéries dans les bassins.

Suite à l’apparition d’une nouvelle norme concernant le pourcentage de chlore dans l’eau potable, le « truitomètre » a dû être remplacé par des dispositifs plus modernes. En effet, les truites ne survivent pas à de telles concentrations en chlore.

Ce sont désormais des boîtiers contenant des réactifs qui indiquent le taux et le développement de micro-organismes dans l’eau des bassins. Ces informations sont envoyées à des agents spécialisés qui se rendent sur place deux fois par semaine. Le réservoir est en outre surveillé par des dizaines de caméras.

© Capture Youtube Ville de Paris

À lire aussi...

Prévisions, climat, gestion des risques… Les crues mortelles d’Allemagne et de Belgique en sept questions

Alban Derouet

Les Dents de la mer, le film qui a massacré la protection des requins

TEAM AQUAE

Le « bouchon » de l’Antarctique prêt à sauter sous l’effet du changement climatique

Alban Derouet

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »