AQUÆ
Société

États-Unis : une cyberattaque menace la sécurité de l’eau potable

Le 5 février dernier, un pirate informatique a réussi à prendre le contrôle d’une station d’épuration, menaçant d’empoisonner l’eau potable de la ville d’Oldsmar, en Floride (États-Unis). Tout a commencé lorsqu’un agent a perdu le contrôle du moniteur de la station de traitement des eaux. Le pointeur de sa souris s’est mis à se déplacer « tout seul » et l’agent n’a pu qu’observer, impuissant, des commandes de l’unité de traitement s’activer.

Le pirate a ainsi pris la main sur les dispositifs de traitement des eaux. Et a fait passer le taux d’hydroxyde de sodium, qui permet de contrôler le pH de l’eau, de 100 à 11 000 parties par million. Une concentration très élevée rendant l’eau potable potentiellement toxique pour les 15 000 habitants de la ville.

Le malfaiteur n’est finalement pas parvenu à ses fins : l’agent a réussi à reprendre le contrôle de l’appareil, a priori grâce au système d’alerte automatique. Malgré tout, la cyberattaque d’une telle infrastructure, essentielle à la vie de la société, pose la question de la sécurité des sites sensibles…

© Diana.grytsku

À lire aussi...

Bientôt de l’eau, de l’agriculture et de l’oxygène sur Mars ?

TEAM AQUAE

Pour les femmes boliviennes, l’eau est source de vie… et d’inégalités persistantes

Alban Derouet

Pénurie d’eau et agriculture : la piste des sources « non conventionnelles »

TEAM AQUAE

1 comment

Cyberattaque : faut-il craindre pour la sécurité de l’eau potable ? 4 juillet 2021 at 15 h 21 min

[…] l’a prouvé la récente cyberattaque en Floride. Quelles leçons faut-il en tirer ? Bien que la cyberattaque d’une unité de traitement des eaux en Floride n’ait pas atteint son objectif, elle soulève un certain nombre d’interrogations sur la […]

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »