AQUÆ
Image default
Planète

Le filtre à microplastiques met fin au périple aquatique pour Georges et ses semblables

Georges, ce microplastique qui avait parcouru une longue expédition depuis sa machine à laver jusqu’à l’océan, ne pourra bientôt plus voyager… Dès 2025, ses congénères et lui seront retenus par des filtres à microplastiques installés sur tous les lave-linge neufs de l’Hexagone.

Il existe, loin d’ici, une terre flottante qui s’étend à perte de vue. Mais ce n’est pas une île comme les autres. On la surnomme « le sixième continent » ou « le vortex de déchets du Pacifique nord ». Sa particularité ? Elle est entièrement constituée de plastique. Mais d’où peut bien venir tout ce plastique et surtout, comment a-t-il pu arriver jusqu’ici ?

Comment Georges a bien pu se retrouver sur « le sixième continent » ?

Même si les 9,5 millions de tonnes de plastiques de cette île ne comptent pas uniquement des microplastiques, Georges et ses pairs représentent malgré tout 15 % de cette population. Leur voyage débute sur un tee-shirt en polyester qui passe régulièrement au lave-linge. D’après une étude universitaire britannique, chaque lavage en machine libère environ 700 000 fibres de microplastiques dans les eaux usées.

Leur périple se poursuit dans une station d’épuration. Là, même les filtres les plus efficaces n’arriveront pas à stopper ces microparticules. Georges et ses amis finiront donc leur route dans l’océan. Emportés par les courants océaniques, ils échoueront au large des côtes californiennes, piégés dans un vortex perpétuel.

Chaque année, ce sont des millions de tonnes de plastiques qui s’accumulent de la sorte dans les océans. Pour y mettre fin, plusieurs solutions voient le jour. Par exemple, des filtres qui se connectent au niveau de l’arrivée d’eau du lave-linge. Le dispositif, imaginé par une jeune entreprise slovène, Planet Care, est muni de cartouches qui doivent être changées tous les 20 lavages environ.

Des filtres à microplastiques obligatoires dès 2025

La fabrication de ces filtres à microplastiques pour les machines à laver entre dans le cadre de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire. Celle-ci a notamment découlé sur une nouvelle disposition concernant aussi bien les particuliers que les professionnels.

Près de 2,7 millions de lave-linge sont vendus chaque année en France, et 5 900 établissements professionnels en utilisent. À partir de 2025, les fabricants de machines à laver devront obligatoirement installer des filtres à microfibres sur tous leurs appareils. La ministre de la Transition écologique souhaite d’ailleurs étendre cette initiative au niveau européen.

Des travaux de recherche sont également en cours pour déterminer comment les marques de vêtements et les filtres de machines à laver modifient les émissions de fibres naturelles et plastiques ainsi que leur impact écologique. Ce projet fait partie du programme Benign By Design financé par le Conseil australien de la recherche et l’Université de Nouvelle-Galles du Sud.

Il ne reste que quelques années à Georges et ses semblables pour rejoindre l’océan, avant l’arrêt (on l’espère) définitif du voyage. Une bonne nouvelle pour la planète !

© Abode Stock

À lire aussi...

Prévisions, climat, gestion des risques… Les crues mortelles d’Allemagne et de Belgique en sept questions

Alban Derouet

Les Dents de la mer, le film qui a massacré la protection des requins

TEAM AQUAE

Le « bouchon » de l’Antarctique prêt à sauter sous l’effet du changement climatique

Alban Derouet

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »