AQUÆ
Non classé

La sophrologie à l’honneur

Temps de lecture : 2 minutes

Le premier Congrès International de Sophrologie a eu lieu les 7 et 8 novembre derniers à Paris. Près de 430 sophrologues français et internationaux sont venus pour cet événement organisé par l’Académie de Sophrologie de Paris et la Société Française de Sophrologie. Ce rassemblement avait pour vocation de favoriser les échanges entre les professionnels afin de mieux comprendre les évolutions de leur profession, notamment par rapport à la recherche scientifique sur la discipline. Selon le Dr Patrick-André Chéné, qui s’est exprimé en ouverture, la sophrologie représente « un créateur de rencontres » qui aide au « rebond personnel des individus ». Une table ronde a été organisée avec des sophrologues provenant de Belgique, de Suisse, de Hongrie, de Singapour, de Suisse et de Guyane : elle concernait les premiers développements de la discipline en dehors du territoire français. Un mouvement d’exportation et d’adaptation de la méthode sophrologique hors d’Europe est en projet. Concernant son application thérapeutique, Evelyne Renardier et Patricia Grévin ont fait part de leur expérience au sein d’un groupe de sophrologues travaillant en réseau sur le sujet des acouphènes afin de répondre davantage aux attentes du monde médical, notamment ORL. L’objectif est d’utiliser des protocoles scientifiques et de proposer des pratiques ciblées. En conclusion, Claude Chatillon a confié que la sophrologie est un phénomène qui continue de progresser au niveau des formations mais également en ce qui concerne la demande. Cette dernière est causée par la constatation de l’efficacité de la méthode ainsi que par le fait que cette discipline est facile d’accès. Selon lui, « chacun reconnaît son extraordinaire adaptabilité aux mutations à l’oeuvre, qu’elles soient sociales ou personnelles ». Les professionnels jugent qu’elle est de mieux en mieux connue même si elle est parfois associée à la relaxation, ou confondue avec l’hypnose. La sophrologie s’articule sur un tronc commun auquel chaque sophrologue se réfère avec sa personnalité, sa culture, sa créativité ou avec l’intégration de différents courants pédagogiques et thérapeutiques. Elle est, selon Claude Chatillon, basée sur une éthique où la posture du sophrologue, comme celle du psychologue, est bienveillante et neutre, et ne peut en aucun cas être confondue avec une démarche sectaire. L’accent a été porté sur l’importance de l’entraînement du sophrologue mais également sur la qualité des formations qui sont essentielles au maintien du savoir-faire de la profession.

À lire aussi...

Promotion thermale en Auvergne-Rhône-Alpes

TEAM AQUAE

Guide de la communication en santé

TEAM AQUAE

Santé connectée : un carnet pour prendre en charge les maladies chroniques

qothlcr4cami

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X