26 mai 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
A la une Tourisme

Plan Tourisme : une enveloppe de 300 M€ pour les territoires thermaux, de montagne et les ports de plaisance

Temps de lecture : 4 minutes


Afin de surmonter la crise et d’inventer le tourisme de demain, la Caisse des dépôts déploie un large éventail de dispositifs, dont un programme d’investissements spécifiquement dédié aux territoires thermaux et de montagne.

Dans le cadre du Plan Tourisme annoncé hier par Édouard Philippe, Bpifrance et la Banque des Territoires mobiliseront une enveloppe globale de 3,6 milliards d’euros d’ici à 2023. Ils se décomposent en prêts, fonds propres et quasi-fonds propres, et actions d’accompagnement à destination des 11 500 acteurs du secteur. 

« Le plan ambitieux […] du groupe Caisse des dépôts a été conçu dans le but d’aider les acteurs du tourisme à traverser la crise et à amorcer la reprise plus rapidement et plus solidement. En mettant à leur disposition des fonds destinés à réduire l’impact financier de la crise sur leurs ressources, à soutenir leurs nouveaux investissements et à réorienter ces derniers vers des équipements plus digitaux et plus durables », indique Olivier Sichel, directeur général adjoint du groupe Caisse des dépôts et directeur de la Banque des Territoires, qui escompte un effet de levier attendu de 15 milliards d’euros dans le secteur du tourisme. 

Lire aussi :  Comment le gouvernement prévoit de sauver le tourisme ?

Faire émerger de nouveaux modèles en thermalisme

La Banque des Territoires s’adresse aux collectivités locales, sociétés foncières et d’économie mixte, depuis les zones rurales jusqu’aux métropoles, avec l’ambition de lutter contre les inégalités sociales et les fractures territoriales à travers l’immobilier et les infrastructures touristiques. Elle débloquera 1,7 milliard d’euros pour répondre aux enjeux de la filière.

800 milliards d’euros prendront la forme d’investissements en fonds propres consacrés au soutien des acteurs touristiques ayant un caractère territorial, public ou résultant d’une relation historique (100 M€), des acteurs régionaux du tourisme et des loisirs, pour encourager le développement de leurs projets (100 M€), des acteurs du tourisme social (villages de vacances, hôtellerie de plein air, équipements sportifs…) (150 M€), pour favoriser l’émergence d’acteurs de taille intermédiaire dans la filière du tourisme (150 M€). 

Dans le cadre de ce budget, 300 millions d’euros bénéficieront aux filières thermalisme, montagne et ports de plaisance. Il s’agit, en association avec les acteurs publics et privés, de « faire émerger de nouveaux modèles d’affaires, s’appuyant sur la mutualisation des équipements existants et leur modernisation ». Les tickets d’investissement s’élèveront de 2 à 15 millions d’euros. « Les dispositions prises vont dans le bon sens », selon Jean-François Béraud, président de l’Association nationale des maires des communes thermales, qui annonce « des discussions à venir avec la Caisse des dépôts pour préciser les aides en faveur du secteur thermal ». En effet, confirme Christophe des Roseaux, directeur des investissements Tourisme, Loisirs, Culture à la Banque des Territoires « notre accompagnement dans le secteur du thermalisme, au regard de la capacité du secteur à créer de l’activité et des emplois sur les territoires, a vocation à s’amplifier en lien avec les opérateurs exploitants et les collectivités qui seront porteurs de projets structurants ». 

Afin de faciliter le repositionnement des produits et des services de manière à permettre des investissements durables, l’organisme financier public consacrera 700 millions d’euros à la dette à très long terme, sous la forme de prêts directs ou via des « prêts fléchés » ou encore des garanties à destination des banques. 

En complément, la Banque des Territoires développera une plateforme TourismeHub de valorisation de l’offre touristique française au premier semestre 2021 qui présentera les innovations des entreprises en matière de patrimoine naturel, culturel, sportif ou artistique. 

Si Géraldine Leduc, directrice de l’Association nationale des élus des territoires touristiques (Anett), se dit « rassurée » par le plan massif déployé, « qui reconnaît enfin le tourisme à sa juste valeur », elle ne cache pas « les grandes difficultés que connaissent aujourd’hui les collectivités touristiques locales, en l’absence de recettes importantes que représentent les taxes de séjour, les produits des établissements de jeu, les droits de mutation, entre autres ». L’Anett sera d’ailleurs ce jour auditionnée, aux côtés de l’Association nationale des élus de montagne et de l’Association des élus du littoral, dans le cadre de la mission conduite par le député Jean-René Cazeneuve à la demande du Premier ministre, pour évaluer l’impact de la crise du COVID-19 sur les finances locales et tâcher de trouver des solutions. 

Lire aussi :  Le Premier ministre répond aux élus du secteur thermal

Des aides en faveur des PME et des ETI

La Banque publique d’investissement se destine au soutien des petites et moyennes entreprises (PME), des entreprises de taille intermédiaire (ETI) et des entreprises innovantes en appui des politiques publiques de l’État et des Régions. Parmi les actions déployées, le prêt Tourisme est porté de 100 millions à 1 milliard d’euros. Il s’adresse aux TPE et PME pour financer les investissements immatériels (communication, formation, mise aux normes…), les besoins en fonds de roulement générés par des projets de développement, les investissements corporels à faible valeur de gage (équipements, matériels, etc., notamment liés à une démarche de croissance durable ou de transformation digitale) et les opérations de transmission. Le prêt peut atteindre jusqu’à 2 millions d’euros sur une durée de 10 ans maximum. 

Un plan d’investissement de 500 millions d’euros en fonds propres et quasi-fonds propres auprès des exploitants touristiques est également lancé. Outre l’objectif de surmonter la crise, il vise aussi à faire s’épanouir le tourisme vert et le tourisme de proximité, à poursuivre la digitalisation du secteur et à promouvoir la formation du personnel. 3 dispositifs sont concrètement mis en place : 

  • la création du fonds France Investissement Tourisme 2, pour les PME et petites ETI, doté de 240 millions d’euros ;
  • la création du fonds d’aide Soutien Tourisme, pour les entreprises dès 500 000 euros de chiffre d’affaires, pourvu de 80 millions d’euros ;
  • une enveloppe pour les ETI et les grandes entreprises stratégiques du secteur, de 150 millions d’euros. 

Conseil et formation seront assurés par Bpifrance, qui prévoit en particulier la réalisation de 400 missions de conseil « 360 Rebond Tourisme » auprès des entreprises entre 2 et 50 millions d’euros de chiffre d’affaires avant la crise incluant l’analyse des points critiques et le plan de reprise à moyen terme. Des formations à distance seront en outre dispensées.

© Patrick Muller – Flickr

À lire également sur Aquæ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Accepter En savoir +

X