10 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
A la une Stratégie

L’Union européenne mise sur la santé et le Pacte vert

European Parliament - Flickr (CC BY 2.0)
Modifié le Temps de lecture : 3 minutes


Le plan de relance de la Commission européenne, Next Generation EU, entend accompagner la transformation des États et de l’Union vers plus d’autonomie stratégique et de résilience, notamment en matière de sécurité sanitaire.

La Commission européenne a dévoilé aujourd’hui son plan de relance baptisé « Next Generation EU ». Doté de 750 milliards d’euros, il a pour mission d’assurer à tous les États membres une reprise « durable, équitable, inclusive et juste ». En pleine crise du coronavirus, il s’agit, en priorité, de protéger les vies et les moyens de subsistance des résidents européens, ainsi que de réparer le marché unique. Mais aussi de préparer une reprise durable et prospère, s’appuyant notamment sur le Green Deal, ou Pacte vert, européen qui engage le Vieux Continent dans la voie de la neutralité pour le climat. Comme l’a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen : « Le plan de relance transforme l’immense défi auquel nous sommes confrontés en une opportunité, non seulement en soutenant la reprise, mais aussi en investissant dans notre avenir : le Pacte vert européen et la numérisation stimuleront l’emploi et la croissance, la résilience de nos sociétés et la santé de notre environnement. C’est l’heure de l’Europe. Notre volonté d’agir doit être à la hauteur des défis auxquels nous sommes tous confrontés. Avec « Next Generation EU », nous apportons une réponse ambitieuse ». 

Lire aussi :  Demain, le vert sera la couleur de l'économie

Renforcer la résilience des États et l’autonomie stratégique de l’Europe

L’enveloppe budgétaire allouée à Next Generation EU doit venir en renfort des efforts nationaux. En pratique, les fonds seront d’ailleurs acheminés par le biais des programmes de l’Union. Tout en gardant l’objectif de renforcer l’autonomie stratégique de l’Europe, et ce, afin d’être mieux préparée en cas de crise future, les investissements porteront sur 3 piliers :

  • soutenir les États membres. En se concentrant sur les pays les plus affectés, un soutien financier aux investissements publics et aux réformes nationales est prévu dans le cadre du Semestre européen. Sont particulièrement concernées les mesures en faveur des transitions vertes et économiques, mais aussi de la résilience des économies face aux crises. Autre proposition du plan de relance : le Fonds européen agricole pour le développement rural sera renforcé de 15 milliards d’euros afin d’aider les espaces ruraux dans leur processus de mutation entrant dans le cadre du Pacte vert. Ainsi que dans l’atteinte des objectifs de la nouvelle stratégie pour un système alimentaire durable : « De la fourche à la fourchette » ;
  • encourager les investissements privés. Dans cette optique, un nouvel instrument de soutien à la solvabilité sera opérationnel dès cette année. Le programme InvestEU gagnera, quant à lui, en puissance ; 
  • tirer les leçons de la crise. Alors que la pandémie de coronavirus a engendré une crise sanitaire presque sans précédent, il s’avère primordial d’apporter les modifications nécessaires aux systèmes pour être en mesure de fournir une meilleure réponse en cas d’épidémies futures. Pour ce faire, un programme de santé voit le jour : EU4Health. Doté d’un budget de 9,4 milliards d’euros, il doit permettre de renforcer la sécurité sanitaire en mettant l’accent sur la prévention, la préparation aux crises, l’achat de médicaments et d’équipements essentiels, etc. En parallèle, le programme Horizon Europe sera consolidé pour soutenir la recherche et l’innovation dans le domaine de la santé, un point crucial pour perfectionner les connaissances sur les pathologies, développer de nouveaux traitements et concevoir des vaccins. Il s’agit donc non seulement d’être en capacité de lancer davantage d’essais cliniques, mais aussi d’améliorer l’accès aux infrastructures de recherche.
Lire aussi :  L’Europe pionnière pour un système alimentaire durable et de qualité

Une relance fondée sur le Pacte vert

Aspect central de Next Generation EU, le Green Deal européen doit servir de levier à la relance. Ce que salue le député européen Pascal Canfin, président de la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire : « Le plan de relance annoncé aujourd’hui est une excellente proposition qui assure une vraie solidarité européenne à travers une dette commune et qui met le Green deal au cœur et renforce le fonds de transition juste. Une victoire politique majeure ! ».

Le processus doit ainsi engendrer une vague de rénovations des bâtiments et des infrastructures. Ou encore engager les économies vers une voie plus circulaire et créatrice d’emplois locaux. Ce à quoi s’ajoutent le déploiement des énergies renouvelables à grande échelle, notamment l’éolien et le solaire, mais aussi le développement d’une énergie propre exploitant l’hydrogène. 

En termes de transport et de logistique, un million de points de recharge pour véhicules électriques afin d’ouvrir la voie à ce mode de déplacement propre. Une action complétée par la promotion du ferroviaire.

Et enfin, le Fonds pour une transition équitable sera étayé pour accompagner les reconversions professionnelles.

© European Parliament – Flickr (CC BY 2.0)

À lire également sur Aquæ...

X