10 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
Europe Mondoscopie

Hôtellerie : les indicateurs de performance en Europe plongent au mois d’avril

© Skyler Gerald - Unsplash
Modifié le Temps de lecture : 2 minutes


Les mesures de l’activité des hôteliers européens en avril confirment l’impact immense de la crise sur le secteur touristique, mais des signes encourageants montrent la capacité des professionnels à réagir rapidement.       

Avec la propagation du coronavirus à travers l’Europe, incitant certains pays, tels que l’Espagne, l’Italie, la France et la Russie à imposer des mesures restrictives, l’activité hôtelière en Europe a été presque inexistante au mois d’avril 2020. HotStats, agence anglaise de statistiques et d’analyses de marchés de l’industrie hôtelière, révèle que le profit opérationnel brut par chambre disponible (GOPPAR – Gross Operating Profit Per Available Room) pour la période, établi à -17,86 euros, est en baisse de 132 % par rapport à avril 2019.  

Indicateurs de performances en chute 

L’interdiction de voyager et le confinement ont conduit à un recul de taux d’occupation de 69,7 %, en glissement annuel, et le revenu par chambre disponible (RevPAR, pour Revenue Per Available Room) est, au sein des opérateurs européens, de 5,30 euros, soit en baisse de 95,5 %. 

Les activités annexes au service d’hébergement, à savoir la restauration, les spas et les espaces santé, n’ont pas permis de compenser la chute des revenus liés à la commercialisation de chambres. À ce titre, le gain total par chambre disponible (TRevPAR, pour Total Revenue Per Available Room) a plongé de 93,3 % par rapport à la même période l’an passé. 

Les dépenses réalisées en avril 2020 reflètent également la baisse globale du volume d’activité dans les hôtels du continent. Les charges de personnel ont ainsi diminué de 70,4 %. Parmi les autres charges, sont en recul les frais de restauration, de 76,4 %, les frais généraux, de 59,2 %, cela étant principalement dû à une baisse de 94,1 % des commissions sur les cartes de crédit et de 79,7 % des frais de vente et de marketing. 

Lire aussi :  Plan Tourisme : regain des réservations après les annonces du gouvernement

La résilience du secteur 

Les hôteliers ont réussi à contenir l’impact de la disparition des revenus sur le bénéfice, précise HotStats, qui s’appuie sur un indicateur mesurant l’efficacité de la baisse des coûts pour compenser celle des revenus. Exprimé en pourcentage, il montre, lorsqu’il est élevé, que le bénéfice diminue proportionnellement moins que le revenu généré. Un chiffre de 50 % est considéré comme un bon résultat pour le secteur. En Europe, il est passé de 38,7 % au mois de mars 2020 à 53,2 % en avril, une évolution très positive « qui témoigne », selon HotStats, « de la réaction rapide des hôteliers face au nouveau paradigme ». 

En France, selon les données publiées par OlaKala, les RevPAR avaient, en avril dernier, dégringolé de 96,5 % par rapport à avril 2019, impactés par une baisse des prix de -41,7 % et des taux d’occupation de -67 points.

© Skyler Gerald – Unsplash

À lire également sur Aquæ...

X