AQUÆ
Image default
Tourisme

L’Umih et le GNC en faveur d’une reprise à pleine puissance des établissements


Les précautions sanitaires, à l’instar de l’écart d’1 mètre entre les tables, ne permettent aux cafés, restaurants et bars de ne fonctionner qu’à 60 %. Alors que l’épidémie semble contenue en France, les professionnels demandent une atténuation de ces protocoles.

Tandis que la réouverture progressive des cafés, des restaurants et des bars est engagée depuis le 2 juin en zone verte et se limite aux terrasses en zone orange, l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) et le GNC (Groupement national des chaînes hôtelières) requièrent un assouplissement des impératifs sanitaires. Et ce, avant le 22 juin prochain, date annoncée du lancement de la phase 3 du déconfinement. 

Permettre aux établissements de tourner à plein régime

Pour justifier cette requête, l’organisation professionnelle met en exergue les avis du conseil scientifique, qui assure notamment qu’il n’y a pas de nouvel essor de l’épidémie : « Différentes déclarations du conseil scientifique préconisent un retour à l’équilibre entre les précautions sanitaires et la reprise de la vie économique de notre pays », affirme ainsi l’Umih. Celle-ci appelle donc le gouvernement à réévaluer la propagation du virus et à prendre des mesures, si la situation le permet. 

De ce fait, il est demandé d’autoriser les établissements à fonctionner de nouveau à pleine puissance. Les règles de distanciation ne leur offrant la possibilité d’atteindre que 60 % de leur capacité d’accueil étant donné qu’ils sont contraints d’espacer les tables d’au moins 1 mètre ou encore de se limiter à 10 clients par table.

Lire aussi :  Déconfinement phase 2 : quelles mesures pour le tourisme ?

Pour la réouverture des établissements de nuit

En parallèle, une réouverture complète des structures situées en zone orange, ainsi que l’annonce d’une date pour les établissements de nuit sont prônées, ces derniers n’ayant pas encore d’informations sur leur reprise. « Depuis mai, l’Umih alertait sur les risques de maintenir fermés ces établissements alors même que les soirées privées se multipliaient sans contrôle, sans encadrement. Nos professionnels de la nuit, représentés par la branche « Umih Nuit » sont, en plus d’être garants de la convivialité, garants de la sécurité pour leur client lors des soirées nocturnes », déclare l’organisation.

© Fabien MaurinUnsplash

À lire aussi...

Vacances : 10 lacs à découvrir en France

Aquae

Archéologie sous-marine : le musée du Ponant

Aquae

Focus sur l’innovation en habitat aquatique

Aquae

Leave a Comment

quatre + 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »