11 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
A la une Tourisme

Déconfinement phase 2 : quelles mesures pour le tourisme ?

Modifié le Temps de lecture : 3 minutes


Réouverture des cafés et des restaurants, fin des restrictions de déplacement à moins de 100 km du domicile, frontières européennes, le point sur les annonces d’Édouard Philippe concernant l’offre touristique et la mobilité des touristes potentiels. 

Les contours de l’acte 2 du déconfinement en France, qui prendra effet le 2 juin prochain, ont été présentés ce jeudi 28 mai par le Premier ministre à l’occasion d’une conférence de presse. Pour la filière du tourisme, les attentes étaient nombreuses pour enfin envisager la reprise et enclencher la saison estivale. Et comme le souligne Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du Tourisme : « Le tourisme, c’est une équation qui combine l’offre et la mobilité, l’un ne va pas sans l’autre ». 

Feu vert pour l’hôtellerie-restauration

Toute la France passe désormais au vert, à l’exception de l’Ile-de-France, de Mayotte et de la Guyane, qui transitent en orange. « Au cours de cette phase deux, la liberté va redevenir la règle et l’interdiction deviendra l’exception », déclare Édouard Philippe.

Concernant l’économie touristique, le premier volet aborde la remise en service de l’offre. Et pour commencer, l’hôtellerie-restauration. En tant que lieux rassemblant du public, les restaurants et les cafés avaient été contraints de fermer leurs portes. Et même si l’obligation ne les concernait pas directement, les hôteliers sont eux aussi au point mort depuis le début de la crise sanitaire. Alors que la plupart des commerces ont recommencé à accueillir le public, les restaurants et les cafés ont enfin obtenu aujourd’hui le feu vert, du moins en partie, sous couvert de respecter des protocoles d’hygiène stricts et d’offrir des conditions de distanciation sociale. Concrètement, ils devront aménager leurs espaces avec des tables distantes de 1 m. Ils pourront accueillir des tables de maximum 10 personnes et imposer le port du masque pour le personnel et les clients lors des déplacements. Enfin, une autre restriction porte sur linterdiction de consommer debout à lintérieur des établissements ouverts en zone verte. En revanche, pour les établissements parisiens, la situation reste complexe puisque seules les terrasses seront en capacité de recevoir des clients. 

Côté hébergements touristiques, ils ouvriront dans tous les départements verts à partir du 2 juin. En zone orange, cela deviendra possible après le 22 juin, cest-à-dire lors de la troisième phase de déconfinement.

De leur côté, les parcs de loisirs sont également autorisés à rouvrir avant le lancement de la saison estivale. En tout cas, ceux situés en zone verte et avec une rigueur sans précédent concernant l’organisation des flux de visiteurs. Pour les espaces en zone orange, il faudra attendre la publication des nouvelles cartes du déconfinement.

Levée de la barrière des 100 km… 

Ce deuxième volet, consacré aux possibilités de déplacement des Français, s’avère également primordial pour une relance de la filière. Les sites touristiques et les établissements d’accueil du public rouvrent donc leurs portes le 2 juin, et par cohérence, il est nécessaire que les visiteurs puissent y accéder. Ainsi, linterdiction des déplacements de plus de 100 km est abrogée à la même date. Il sera donc possible de se déplacer librement en France. Une mesure optimiste qui laisse présager une embellie pour le tourisme hexagonal avec une campagne d’information appuyée sur l’invitation faite aux Français de passer leurs vacances en France ; 90 % ont d’ailleurs confirmé être prêts à respecter cette volonté qui permettra de soutenir l’économie nationale, dans une étude Harris Interactive récemment parue. 

Lire aussi :  Été 2020 : des vacances hexagonales, vertes et rurales pour les français

Néanmoins, les touristes étrangers, notamment européens, demeurent un enjeu important de la reprise. En effet, il ne faut pas oublier quils représentent une part majeure des visiteurs sur le territoire. Édouard Philippe a indiqué ce jeudi que cette question de l’ouverture des frontières extérieures à l’Europe faisait toujours l’objet de discussions pour adopter une position commune européenne. Et qu’en conséquence les restrictions sont maintenues aux frontières européennes jusqu’au 15 juin. Une coordination est en cours pour rouvrir ces frontières à cette date. 

Toutefois des exceptions sont assorties à cette mesure, concernant les citoyens de l’UE, d’Andorre, du Royaume-Uni, d’Islande, du Liechtenstein, de Monaco, de Norvège, de Suisse, de Saint-Marin et du Vatican qui ont leur domicile en France ou doivent passer par la France pour se rendre à leur domicile. Également, les travailleurs saisonniers et les citoyens de l’UE travaillant pour une entreprise opérant en France sont également exemptés.

A noter que du côté de Bruxelles, la position est autre puisque la Commission prône une levée des restrictions de circulation entre les pays à situation épidémiologique comparable et sous contrôle. Finalement, les déplacements dans l’espace Schengen restent généralement limités. Presque chaque pays a mis en place ses propres règles et son propre calendrier de réouverture aux touristes, qu’ils viennent des pays voisins de l’UE ou de pays plus lointains.

Lire aussi :  L’Europe au chevet de la saison estivale

©Capture Twitter @EPhilippePM

À lire également sur Aquæ...

X