10 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
A la une Tourisme

L’impact de la crise sur les projets de vacances des Français

© Freepik
Modifié le Temps de lecture : 3 minutes


La saison estivale arrivant, les intentions de départ se trouvent au cœur des préoccupations. Si les Français certains de partir sont moins nombreux, la proportion d’individus à plébisciter le territoire national s’avère plus importante, avec de fortes attentes concernant la sécurité sanitaire. Pour y répondre, une carte interactive recense les sites et les établissements respectant les protocoles.

Dans le contexte de crise sanitaire, la reprise de l’activité touristique se veut progressive, après de longues semaines de mise à l’arrêt forcée. Et les choix des Français concernant les vacances d’été 2020 devraient s’en trouver bouleversés. C’est en tout cas ce que révèle une enquête menée de concert par les 13 régions métropolitaines dont les résultats ont été dévoilés mardi 23 juin par ADN Tourisme, fédération nationale des organismes institutionnels de tourisme.

Des intentions de départ à la baisse

Pour les besoins de ce sondage, piloté par le Comité régional du tourisme de Bretagne, 2 000 individus représentatifs de la population ont été interrogés via un questionnaire en ligne début juin. L’objectif étant de connaître les intentions de départ cet été, les destinations privilégiées. Et, par conséquent, de déterminer l’impact de la crise sur les comportements des Français alors que les professionnels du tourisme misent beaucoup sur cette saison estivale pour entamer un redressement.

Première tendance : les vacanciers seraient moins nombreux. Sur la période juillet-septembre 2020, 50 % des individus affirment qu’ils partiront en vacances et/ou en weekend, tandis qu’ils sont habituellement 83 % à effectivement voyager. Cela étant, ce chiffre pourrait évoluer puisque 22 % d’indécis ont été identifiés. Les raisons de cette décision de rester à la maison sont d’ailleurs avancées. Si une majorité affirme vouloir éviter les déplacements, certains le font pour cause de difficultés financières, d’autres par peur d’un regain de l’épidémie de coronavirus. Et pour ceux qui souhaitent partir, tout n’est pas fait : seuls 34 % ont effectué une réservation. 1 futur vacancier sur 5 a exprimé son souhait d’attendre le dernier moment.

Lire aussi :  Été 2020 : des vacances hexagonales, vertes et rurales pour les français

Les destinations hexagonales en tête de file

Deuxième sujet : les destinations plébiscitées. En réponse aux recommandations gouvernementales et aux différentes campagnes destinées à mettre en avant l’Hexagone, la priorité porte largement sur la France. 86 % de la population a ainsi jeté son dévolu sur une destination nationale, à savoir 10 % de plus qu’en 2019. Rien d’étonnant d’ailleurs à voir les localités littorales en tête des sollicitations, devant la campagne, puis la montagne.

Autre point mis en exergue : les conséquences du confinement en lui-même. Car l’isolement auquel la population a été contrainte pendant 2 mois devrait laisser des traces, comme le montre une envie accrue de sorties, de balades et d’expériences alentour. Ainsi, presque 6 Français sur 10 souhaiteraient réaliser davantage d’excursions, principalement dans des sites naturels, de grands espaces, des parcs, etc. Et ce, tout en évitant la promiscuité. Certaines infrastructures sont d’ailleurs jugées à risque par le panel, à l’instar des salles de concert, des parcs de loisirs, des thalassothérapies et des spas.

Lire aussi :  « Pour les prochaines vacances, restons solidaires, partons en France ! »

La sécurité sanitaire en tête des priorités des vacanciers

La crise a aussi engendré une mutation des comportements en termes de critères de choix. Par exemple, nombreux sont ceux qui demandent des conditions de remboursement satisfaisantes en cas d’annulation. On note aussi un désir d’éviter les grandes manifestations et les espaces très fréquentés, ainsi que de se rendre dans les zones les moins touchées par le COVID-19.

Mais avant tout, un intérêt majeur est porté à la sécurité sanitaire. Dans les hébergements, les sites visités, les commerces, etc., les futurs vacanciers attendent un strict respect des gestes barrières, des protocoles sanitaires et des consignes d’hygiène. Un besoin de sécurité qui devient un critère de sélection majeur pour les futurs hôtes, devant les paysages et l’accueil proposé. 

À cette problématique fait écho une initiative portée par ADN Tourisme, l’État, IGN et Atout France. Il s’agit d’une carte interactive répertoriant les structures et les sites touristiques qui ont effectivement repris leur activité et s’engagent dans le respect des règles sanitaires. Pour chaque site, les protocoles mis en place sont ainsi détaillés. S’appuyant sur des informations venant du système OpenData DATAtourisme, le dispositif se veut collaboratif : il est alimenté quotidiennement par les offices de tourisme, les agences départementales et les comités régionaux du tourisme, qui récoltent les données auprès des établissements. 

À lire également sur Aquæ...

X