AQUÆ
Image default
Télex Tourisme

Le surf park de la discorde

Temps de lecture : < 1 minute


Boardriders, propriétaire des marques Quiksilver, Billabong ou Roxy, veut implanter une piscine à vagues artificielles sur la commune de Saint-Jean-de-Luz, en Pyrénées-Atlantiques. Soutenu par la mairie, le
surf park provoque de nombreuses contestations de la part de l’opposition, des associations et de la communauté du surf. Plusieurs arguments sont évoqués : sa proximité avec l’océan, placé à 1,5 km (soit 4 minutes) ; sa consommation en eau, estimée à 81 millions de litres (soit la consommation annuelle de 540 familles) ; son impact environnemental, qui engendrerait l’artificialisation des sols… Côté partisans, les arguments en faveur du développement de l’offre touristique et de la création d’emplois sont brandis. 

À lire aussi...

Himalaya : la plus grosse réserve d’eau d’Asie en danger

TEAM AQUAE

Recensement des grottes submergées en Corse 

Alban Derouet

Des innovations face à la menace de pénurie d’eau potable

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X