AQUÆ
Planète

L’intelligence artificielle au service de la lutte contre la pollution plastique

L’ONG Surfrider Foundation Europe veut intégrer l’intelligence artificielle à son programme Plastic Origins pour cartographier les déchets plastiques des fleuves et des rivières d’Europe 

L’objectif du projet Plastic Origins est de cartographier les déchets plastiques afin de fournir des données utiles pour lutter contre cette pollution. À travers ce programme, Surfrider Foundation Europe souhaite capturer le plastique à la source avant qu’il n’atteigne les océans.

L’ONG espère pouvoir permettre à d’autres organisations ainsi qu’aux organismes publics d’utiliser les données récoltées en faveur de la protection de l’environnement. Ces informations pourront également être exploitées par les scientifiques et les organismes de recherche afin de lutter contre la pollution marine. Surfrider aimerait pouvoir cartographier chaque année toutes les rivières d’un pays de taille comparable à la France.

La technique de «l’observateur» 

Jusqu’à présent, la récolte de données se faisait à partir d’observations réalisées par une personne qui parcourait les rivières du sud de la France. Pour chaque déchet trouvé, l’observateur notaison type, sa quantité et sa localisation à l’aide d’un papier et d’un stylo 

Cette technique a été remplacée par l’utilisation d’une application de suivi GPS open source, OSMTracker du projet OpenStreetMap, qui permet de collecter les informations avec un smartphone.  

Le rôle de l’intelligence artificielle 

L’équipe de Surfrider estime que l’intelligence artificielle (IA) pourrait remplacer l’humain pour compter les déchetsGrâce à Azure Custom Vision, un logiciel de Microsoft permettant de créer des détecteurs et classifieurs d’images IA, les chercheurs ont élaboré un prototype capable de reconnaître et de compter automatiquement les bouteilles plastiques dans une image.  

Lire aussi :  Images de science : Une bulle éternelle (ou presque)

Des améliorations devraient être apportées pour faciliter la collecte des données. L’ONG espère pouvoir utiliser l’IA pour détecter et compter des objets en mouvement à partir d’un flux vidéo fourni par une caméra mobile 

Un prototype créé en partenariat avec l’école IA 

Afin d’atteindre ses objectifs, Surfrider a établi un partenariat avec l’école d’intelligence artificielle de Microsoft pour tester différentes approches. La collaboration avec des experts en vision par ordinateur a permis de créer la «Surf box», une caméra embarquée qui pourra être installée sur les barges pour collecter des données continues et actualisées des rivières. Cette caméra sera reliée à un algorithme qui comptera les mouvements dans les vidéos.  

L’ONG espère pouvoir produire sa première carte des déchets plastiques d’ici 2021. 

© Surfrider Foundation Europe

À lire aussi...

Le risque de sécheresse sera fort cet été 2022

Alban Derouet

Images de science : Une bulle éternelle (ou presque)

Alban Derouet

Prévisions, climat, gestion des risques… Les crues mortelles d’Allemagne et de Belgique en sept questions

Alban Derouet

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »