AQUÆ
Image default
Société

L’UNESCO inaugure un centre international de recherche sur l’eau à Montpellier

Temps de lecture : 2 minutes

La création du nouveau centre ICIReWaRD récompense l’institut montpelliérain IM2E pour ses compétences et son implication dans la recherche internationale sur l’eau.

Le 2 février dernier, l’IM2E (Institut Montpelliérain de l’Eau et de l’Environnement) est devenu le Centre UNESCO de l’Eau ICIReWaRD (International Center for Interdisciplinary Research on Water Systems Dynamics, ou « Centre international pour la recherche interdisciplinaire sur la dynamique des systèmes d’eau »).

« La confiance que nous accorde l’UNESCO nous permet de franchir un cap en termes de visibilité et de nous affirmer sur le plan mondial », se félicite Éric Servat, directeur de l’ICIReWaRD.

Les activités du centre de recherche débuteront dans les locaux de l’IM2E, en attendant la fin de la construction du nouveau bâtiment qui devrait être effective en septembre 2022.

Un projet de longue haleine

Concrétisé en octobre 2020, le projet a été validé en novembre 2019 par la Conférence générale des États membres de l’UNESCO. L’ancien institut comptait 15 laboratoires partout en France, dans lesquels collaboraient 400 scientifiques, dont 150 doctorants.

C’est pour eux l’aboutissement de plusieurs années d’efforts au sein de l’IM2E«  Nous avons beaucoup travaillé ces dernières années pour nous organiser, pour nous structurer. Tout ce travail est aujourd’hui valorisé et récompensé », explique Éric Servat.

Une pluridisciplinarité face aux enjeux de l’eau

L’ICIReWaRD devrait constituer la plus grande communauté de chercheurs spécialistes de l’eau. Plusieurs disciplines cohabiteront comme la biologie, les sciences humaines et sociales, la physique, la chimie, la géologie ou encore la santé. Selon son directeur, le centre de recherche sur l’eau pourrait « se positionner comme l’un des plus importants au niveau mondial ».

« La qualité et la quantité d’eau vont devenir des enjeux cruciaux dans les années à venir. C’est pourquoi nous voulons aborder ces questions douloureuses dans leur globalité, en mettant autour de la table des physiciens, des mathématiciens, des chimistes, mais aussi des économistes et des sociologues », précise-t-il. Des chercheurs du monde entier travailleront en synergie sur le sujet de l’eau, en combinant les données scientifiques pour répondre à cet enjeu planétaire.

Un centre de recherche à vocation internationale

La labellisation UNESCO pourrait être un atout pour le centre de recherche de Montpellier. Celui-ci espère ainsi attirer des étudiants et des scientifiques de haut niveau pour former de futurs professionnels spécialistes de l’eau.

Le centre souhaite également renforcer les partenariats scientifiques au sein de la « Water Family » (réseau des Centres et des Chaires UNESCO du domaine de l’eau). Pour Éric Servat, l’objectif de l’ICIReWaRD est de répondre « aux défis liés à l’urbanisation rapide, à la pression démographique croissante et aux effets attendus du changement climatique ».

© Faureteiva

À lire aussi...

Himalaya : la plus grosse réserve d’eau d’Asie en danger

TEAM AQUAE

Cyberattaque : faut-il craindre pour la sécurité de l’eau potable ?

TEAM AQUAE

Des innovations face à la menace de pénurie d’eau potable

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X