AQUÆ
Image default
Société Télex

L’innovation maritime, clé de l’émergence d’une économie bleue en France

Temps de lecture : 2 minutes

 

Le 6 février, Jean Castex a annoncé la création d’un fonds d’investissement dédié à l’innovation maritime, dans l’optique de soutenir le développement des technologies exploitant les ressources maritimes.

En France, l’innovation maritime pourrait gagner en puissance et impulser ainsi le déploiement d’une économie bleue. C’est en tout cas l’ambition affichée par le Premier ministre Jean Castex le 6 février dernier à Brest, à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer).

Encourager l’essor de l’OceanTech

Pour symboliser cette volonté gouvernementale, un fonds d’investissement dédié à l’innovation maritime doit ainsi voir le jour. Il vise à accompagner l’essor de l’« OceanTech », à savoir les technologies s’appuyant sur l’exploitation des données ou des ressources maritimes.

Au cœur du dispositif : un binôme réunissant l’Ifremer et Bpifrance, banque publique d’investissement. Les deux structures auront pour objectif d’attirer l’attention des industriels du secteur. L’Ifremer s’occupera plus particulièrement de la sélection des projets d’entreprises.

Affirmer l’ambition maritime gouvernementale

Derrière cette opération, se révèle un enjeu de taille pour le gouvernement. Au niveau mondial, l’Hexagone possède la deuxième zone économique exclusive (ZEE), c’est-à-dire le domaine maritime sur lequel un pays côtier dispose de droits souverains pour en exploiter les ressources. Mais paradoxalement, l’économie liée à la mer ne représente que 14 % du PIB de la France en 2017.

Il s’agit donc bien pour le Premier ministre de confirmer l’ambition maritime de l’État, dans la ligne du Comité interministériel de la mer (CIMer) de janvier dernier. Cette réunion, destinée à rassembler les ministères concernés par les questions liées à la mer, avait abouti à l’élaboration de mesures phares : l’adoption d’une stratégie nationale portuaire, la mise en place d’une feuille de route pour les grands fonds marins, l’extension des énergies marines renouvelables, et enfin la relance de la filière maritime et portuaire.

À lire aussi...

Himalaya : la plus grosse réserve d’eau d’Asie en danger

TEAM AQUAE

Recensement des grottes submergées en Corse 

Alban Derouet

Cyberattaque : faut-il craindre pour la sécurité de l’eau potable ?

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X