AQUÆ
Image default
Sana Per Aquæ Société

Thermalisme : 63 % de curistes en moins en 2020 en raison de la crise sanitaire

Temps de lecture : 2 minutes

 

La pandémie de COVID-19 s’est montrée défavorable pour tous les centres thermaux, en particulier ceux en régie municipale.

Lourdement marquée par la crise sanitaire, la saison thermale 2020 s’est trouvée écourtée presque de moitié. Ce qui s’est traduit par une chute de près de 63 % du nombre de curistes conventionnés. Il convient toutefois de prendre en compte les interruptions de séjour engendrées par les fermetures administratives. Ainsi, en équivalent de forfaits entiers, la baisse d’activité s’élève à plus de 67 %.

Lire aussi :  Un appel parlementaire au soutien de la filière thermale

Recul de la rhumatologie

Concernant les orientations, la tendance à la hausse connue par la rhumatologie en tant qu’orientation principale s’est freinée. Les voies respiratoires ont également connu une baisse de fréquentation, vraisemblablement imputable au lien entre les pathologies indiquées et l’infection au coronavirus. En revanche, les affections digestives ont progressé, a priori dû à la reprise des cures à Brides-les-Bains (73). En parallèle, le suivi d’une cure en double orientation a poursuivi sa croissance, passant de 32 % à 33,8 %. La saison marque également la fin du mouvement descendant pour les cures infantiles.

Lire aussi :  Premier bilan de l’Observatoire de l'économie des stations thermales

Du côté de la répartition géographique, le trio de tête reste identique. L’Occitanie conserve sa place de première région thermale, bien que la première marche du podium en termes d’établissements thermaux soit passée de Balaruc-les-Bains (34) à Dax (40). La Nouvelle-Aquitaine, plutôt stable, arrive toujours en deuxième position, passant de 25,8 à 25,84% des curistes conventionnés. Quant à l’Auvergne-Rhône-Alpes, un certain élan est remarqué : la région, qui cumulait plus de 20 % des curistes en 2019, a dépassé les 23 % en 2020. Un regain en partie expliqué par la réouverture des thermes de Brides-les-Bains. Deux régions ont connu un recul attendu, à savoir la Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont les stations proposent toutes l’orientation Voies respiratoires ; ainsi que le Grand Est, particulièrement touché par l’infection au coronavirus.

Lire aussi :  Le thermalisme en négociation avec Bercy

Un recul moindre pour les petites stations

L’analyse de la fréquentation permet, par ailleurs, de constater que la baisse d’activité s’avère moindre pour les stations thermales de petite taille. Les stations recevant entre 1 000 et 1 500 curistes ont ainsi enregistré un recul d’environ 40 %, quand celles de plus de 10 000 curistes ont vu leur fréquentation baisser de plus de 70 %. Un souhait d’éviter les lieux avec une grande affluence pourrait être responsable.
De même, les centres privés ont mieux surmonté la crise que ceux en gestion publique et l’affiliation à un groupe thermal s’est montrée bénéfique.

 

©Adobe Stock

À lire aussi...

Les communes engagées dans la lutte contre le gaspillage de l’eau

TEAM AQUAE

Un test de résistance climatique pour aider la finance à garder la tête hors de l’eau

TEAM AQUAE

Virage vert pour le transport maritime

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X