AQUÆ
Santé

Congrès 2015 de l’European Academy of Dermatology and Venereology : les facteurs de risque du mélanome

Temps de lecture : 2 minutes

dermato-peauLe Pr Veronique del Marmol a tenu, durant le congrès « European Academy of Dermatology and Venereology 2015 » une conférence intitulée « Always the Sun? Other Factors might Increase the Risk of Melanoma« . Elle s’est ainsi penchée sur les facteurs de risque autre que les UV qui sont le principal risque associé au mélanome. Près de 65% des cas de mélanomes au niveau international sont causés par une exposition aux rayons du soleil – mais qu’en est-il pour les 35 % restant ? Le développement du cancer de la peau est du à différents facteurs, qu’ils soient biologiques, culturels ou encore géographiques.

Afin de déterminer les facteurs de risques des mélanomes non causés par les UV, le Pr Veronique del Marmol a tout d’abord rappelé la définition du facteur selon l’OMS : un facteur de risque est toute ârticularité, caractéristiques ou exposition d’un individu qui favoriserait le développement d’une maladie ou d’une blessure. Certains peuvent être considérés comme associables ou alors complémentement indépendants.

10% des cas de mélanomes ont une origine familiale qui est plus causée par une mutation des cellules germinales que par un simple développement des cellules intervenant au cours de la vie. Avant 2011, seulement deux mutations germinales (CDNK2 et CD4) correspondaient au 40% des gênes familiaux définis. Depuis, de nouvelles technologies ont permis l’identification d’autres mutations germinales. Chacune des mutations comptent pour moins de 1% du nombre global de mélanomes, ce qui signifie que la moitié des types de mélanomes ont été identifiés.

Différents processus qui jouent généralement un rôle dans la croissance et la vie des cellules ont déjà été définis. Certaines mutations peuvent causer des cancers. Par conséquent, l’identification des processus et des mutations peut permettre de développer des traitements ciblés. Cependant  les mécanismes par lesquels les mutations se produisent demeurent pour le moment inconnus.

Une sur-expression de l’ARN (Mir-21) non-codant est une molécule souvent associée au mélanome malin. Cette molécule peut interagir lors de la transformation des cellules cancéreuses, en particulier lorsqu’elle est couplée à une exposition à d’autres facteurs de risques comme des éléments chimiques nocifs, la pollution, les UV, le tabac ou encore l’obésité.

Le Pr Veronique del Marmol précise néanmoins que les mélanomes non-causés par les UV sont rares mais qu’il faut néanmoins être conscients de leur existence puisqu’ils sont en plus diagnostiqués plus tardivement. Selon elle, il est donc nécessaire de prendre en compte les autres facteurs de risques, comme les médicaments ou encore les polluants pouvant jouer un rôle dans le développement de la maladie.

À lire aussi...

Top 10 des stations thermales au bord de l’océan en France

TEAM AQUAE

Le thermalisme européen au cœur du post-COVID

TEAM AQUAE

Qualité des eaux : Impact global des effluents urbains sur les zones naturelles

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X