AQUÆ
Santé

Recommandations pour prévenir la dépendance

Temps de lecture : 2 minutes

L’Académie nationale de médecine a publié, le 24 novembre 2015, un rapport intitulé « Prévention de la dépendance liée au vieillissement ». C’est le 3e document sur la thématique 2015 choisie par l’Académie « Prévention de la dépendance liée au vieillissement ». Il traite de la prévention qui doit être effectuée par les individus de 45 à 55 ans pour que les seniors soient en bonne santé et qu’ils ne soient pas dépendants. Cette dépendance est causée par les maladies chroniques liées à la vieillesse, comme l’ostéoporose, le diabète, les cancers ou encore les maladies cardiovasculaires. Ce rapport résulte de recherches réalisées par le groupe de travail « Culture de prévention en santé », par Jean-Pierre Michel, auteur du rapport, Claude Dreux, responsable du groupe de travail et André Vacheron. Il a pour objectif d’améliorer de manière précoce, entre 40 et 55 ans, la détection et la prise en charge des facteurs de risque identifiables et corrigeables qui sont primordiaux dans le cadre de la prévention des handicaps de la vieillesse et ainsi contribuer à ralentir la dépendance des individus. L’Académie de Médecine a dressé une liste de recommandations qui détaille les actions que les différents organismes de santé devraient encourager auprès de la population :

> Effectuer une activité physique modérée et régulière ainsi qu’adopter une alimentation de style « méditerranéen » : des initiatives pour la promouvoir devraient être menées par les agences nationales de santé.

> Maintenir une activité intellectuelle tout au long de la vie, soit par sa profession, grâce à une bonne sociabilité ou encore par des loisirs cérébraux : la formation des professionnels médicosociaux est dans ce cas importante. De plus, l’Académie de Médecine affiche d’autres préconisations plus générales comme :

> Accentuer la lutte contre le tabagisme et l’abus d’alcool ;

> Employer des mesures pour empêcher la consommation excessive de boissons sucrées et de sel ;

> Améliorer le dépistage du diabète sucré pour prévenir les maladies vasculaires ou encore l’insuffisance rénale ; > Consommer de façon régulière de la vitamine D ;

> Effectuer un bilan de santé tous les cinq ans et particulièrement lors de la tranche d’âge 45 à 55 ans afin de détecter les facteurs de risque des maladies chroniques telles que l’hypertension artérielle, l’obésité, le diabète, les pathologies musculosquelettiques ou encore les troubles cognitifs ;

> Développer la promotion de l’éducation en santé dès le plus jeune âge, à l’école primaire et tout au long de la vie ;

> Sensibiliser les professionnels de santé à améliorer la qualité des prescriptions et leur observance par l’éducation thérapeutique. Cela pourra de plus avoir un impact sur les dépenses de santé.

À retenir : Dépendance : les recommandations concernent à la fois l’alimentation, le sport et l’éducation en santé.

À lire aussi...

Top 10 des stations thermales au bord de l’océan en France

TEAM AQUAE

Le thermalisme européen au cœur du post-COVID

TEAM AQUAE

Qualité des eaux : Impact global des effluents urbains sur les zones naturelles

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X