AQUÆ
Santé

Classement des perturbateurs endocriniens

Temps de lecture : < 1 minute

Rendu public le 29 juillet dernier, un mois après celui de la Commission Européenne (CE), le classement des perturbateurs endocriniens (PE) de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) propose des critères de classification qui s’accordent avec la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de 2002. Le classement établi classe les substances chimiques en trois catégories distinctes : « avérés », « présumés » et « suspectés ». Elle insiste également sur certaines recommandations telles que la nécessité d’indifférencier les effets des perturbateurs endocriniens sur l’être humain et l’environnement, ainsi que de réglementer la présence de ces substances chimiques selon l’âge et la population exposée. L’agence plaide pour une interdiction plus stricte de l’usage des PE classés, notamment dans les jouets. L’Anses recommande également la mise en place d’un classement cohérent et unique pour l’ensemble des pays européens, qui serait établi par une institution européenne.

À lire aussi...

Peut-on considérer l’hydrogène comme un traitement possible face à la COVID ?

TEAM AQUAE

Les nanotechnologies contre la Covid-19

Alban Derouet

COVID-19 : l’eau du robinet exempte de coronavirus 

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X