6 juin 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
Santé

Comment réussir le pari du déconfinement ?

Modifié le Temps de lecture : 3 minutes

Désaturer préalablement les services médicaux, maintenir des règles de distanciation sociale, prévoir une sortie de confinement progressive et par région… sont quelques-unes des recommandations formulées par le Conseil scientifique COVID-19 et l’Académie nationale de médecine pour un futur déconfinement réalisé dans les meilleures conditions.   

Le Conseil scientifique COVID-19*, chargé d’éclairer la décision publique pour lutter contre la pandémie, a remis au gouvernement un avis, proclamé le 7 avril 2020, sur l’état des lieux du confinement et les critères de sortie. Le document, daté du 2 avril 2020, souligne une situation nationale très hétérogène avec des régions très touchées, telles que l’Ile-de-France, et d’autres plus préservées, comme cela est le cas en Nouvelle-Aquitaine. La durée moyenne d’hospitalisation en réanimation est de 15 jours. 

3 critères à remplir pour le déconfinement

Alors que le rapport se prononce en faveur d’une poursuite du confinement dans la durée, que Jean-François Delfraissy, président du Conseil, estime à « plusieurs semaines », trois critères, pour se diriger vers une sortie de confinement, souhaitée échelonnée, sont établis :

1/ La saturation des services hospitaliers, et des services de réanimation en particulier, sera jugulée. De plus, les équipes soignantes devront « bénéficier d’une période suffisante pour récupérer de l’effort considérable fourni pendant les semaines qui viennent de s’écouler, et les stocks de matériel, traitements spécifiques à la réanimation et équipements de protection devront être reconstitués ». Pour information, au 7 avril 2020, 30 027 personnes étaient hospitalisées pour infection à COVID-19, dont 7 131 cas graves nécessitant des soins lourds en réanimation.

2/ Une réduction importante du nombre de malades sera observée. « Idéalement, cette réduction devra être suffisamment importante pour que la détection des nouveaux cas de façon systématique redevienne possible ».

3/ Enfin, l’avis insiste sur la nécessité, pour le gouvernement, de disposer d’une stratégie postconfinement qui soit opérationnelle. Elle est tenue d’inclure notamment le maintien de mesures de distanciation sociale, la disponibilité de protections matérielles (gels hydroalcooliques, masques…) pour les soignants et les personnes exposées, puis pour l’ensemble de la population, des capacités hospitalières et médicales restaurées, un système de surveillance épidémiologique opérationnel ou encore des possibilités de diagnostic rapide d’infection aiguë et de rendu des résultats aux patients. 

L’ANM favorable à un déconfinement par région

Pour sa part, l’Académie nationale de médecine s’est positionnée en faveur d’une sortie de confinement sur une base géographique afin qu’elle se déroule « dans les meilleures conditions de prise en charge des cas graves dans les établissements de santé, de limitation de la propagation du virus, de reprise d’activités professionnelles et de compréhension par le public ». 

Elle a publié, le 5 avril dernier, une série de recommandations en la matière :  

– que la sortie du confinement soit décidée sur la base de la Région et non par classe d’âge ;

– que cette sortie ne soit autorisée que dans les Régions dans lesquelles une décroissance nette du nombre des patients COVID-19 devant être hospitalisés et un retour des besoins de réanimation à l’état pré-épidémique sont observés ;

– que les personnes résidant dans une Région en sortie de confinement ne soient pas autorisées à se rendre dans une Région encore en situation de confinement ;

– que la décision concernant les Régions frontalières soit prise en concertation avec les États voisins ;

– que la sortie de confinement soit accompagnée du maintien de l’interdiction des rassemblements (sauf cas exceptionnels, comme les obsèques), du maintien des mesures barrières sanitaires, mais aussi de leur renforcement par le port obligatoire d’un masque antiprojection, fût-il de fabrication artisanale, dans l’espace public. Cette dernière obligation serait le signe que la sortie du confinement ne marque pas encore un retour à la vie normale et elle devrait être maintenue jusqu’à l’arrêt de la transmission du virus (absence de nouveaux cas dans les 14 derniers jours) ;

– que l’argumentaire de la décision de sortie ou de maintien du confinement soit développé Région par Région afin d’assurer le mieux possible la compréhension de la population concernée ;

– que la décision sur la sortie du confinement ne soit pas fondée sur les résultats de tests biologiques individuels, dont la disponibilité et la fiabilité n’apparaissent pas assurées à brève échéance et dont les implications opérationnelles seront sources de confusion ;

– que les études de sérologie (test Elisa) à visée épidémiologique en population générale soient déclenchées au plus vite dans tout le pays sur une base régionale, en vue d’apprécier le risque de survenue d’une deuxième vague épidémique.

– que, par tous moyens (scientifiques, techniques, industriels et réglementaires) et à tous échelons (français, européen et mondial), la mise au point, puis la production, d’un vaccin soit accélérée.

 

* Les membres du Conseil scientifique COVID-19 : Jean-François Delfraissy (président), Daniel Benamouzig (sociologue), Lila Bouadma (réanimatrice), Jean-Laurent Casanova, (immunologie/pédiatrie), Simon Cauchemez (modélisateur), Franck Chauvin (Haut Conseil de la santé publique), Pierre Louis Druais (médecine de ville), Laetitia Atlani Duault (anthropologue), Arnaud Fontanet (épidémiologiste), Marie-Aleth Grard (milieu associatif), Bruno Lina (virologue), Denis Malvy (infectiologue) et Yazdan Yazdanapanah (infectiologue).

© An Min / Pxhere

À lire également sur Aquæ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Accepter En savoir +

X