21 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
A la une Tourisme

Open data et tourisme : Jean-Baptiste Lemoyne veut aller plus loin

© MEAE/Jonathan Sarago
Modifié le Temps de lecture : 3 minutes


Alors que la phase 2 du déconfinement favorise une reprise du tourisme national en raison de l’ouverture des bars et des restaurants ou encore la fin de la limitation à 100 km maximum, le comité de filière tourisme a annoncé la mise en place d’une plateforme de valorisation des données à destination des acteurs du tourisme.

Le comité de filière tourisme a tenu sa réunion hebdomadaire mardi 2 juin, une date symbolique puisqu’elle marque la réouverture des cafés et des restaurants. « C’est un jour particulier qui se savoure et se déguste. Nous rentrons dans une phase où la vie reprend un cours un peu plus normal, même si nous devons rester vigilants », a ainsi déclaré Jean-Baptiste Lemoyne. Le secrétaire d’État en charge du Tourisme auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a d’ailleurs affirmé que cette phase clé du déconfinement laisse entrevoir une relance économique pour le secteur du tourisme : « L’espoir […] se lève d’une reprise, même si certains secteurs restent impactés, comme ceux de la nuit, de l’événementiel, de la croisière, ou certains métiers, comme les guides-conférenciers». Ajoutant que la levée des limitations de déplacement à 100 km du domicile offre de nouvelles perspectives pour la clientèle nationale, qui sera primordiale, du moins jusqu’à l’ouverture des frontières.

Plateforme de données touristiques interopérables

Parmi les axes de travail de cette réunion, la transformation digitale des entreprises du tourisme a occupé une place centrale. Le président de la commission numérique, Laurent Queige, qui dirige par ailleurs le Welcome City Lab, a évoqué le projet d’instauration d’une plateforme de données interopérables, combinant l’offre touristique française, l’événementiel, la culture et la mobilité. 

Cette mesure fait partie des annonces issues du comité interministériel du tourisme du 14 mai 2020. Portée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, le ministère de l’Économie et des Finances, Atout France, le Welcome City Lab, la Banque des Territoires et Bpifrance, l’initiative se présente comme un « outil de souveraineté numérique ». Il s’agit d’encourager une meilleure coordination des offres sur le territoire hexagonal. L’interface affiche donc l’ambition de s’appuyer sur les données de DATAtourisme, solution de collecte et de diffusion des données publiques d’information touristique lancée en 2017 par la DGE (Direction générale des entreprises). Mais surtout d’aller plus loin…

Lire aussi :  DATAtourisme grandit

Le numérique au service de l’attractivité de la France

Comme l’explique la Banque des Territoires, le dispositif aura pour mission de promouvoir les données touristiques françaises, valeur ajoutée du secteur, et de renforcer l’innovation. Le tout en positionnant la destination comme référence du tourisme durable

En parallèle, une idée prédomine : « Préserver l’essentiel de la valeur ajoutée économique en France en renforçant l’autonomie des acteurs français vis-à-vis des grands opérateurs de plateforme digitale étrangers ». En revanche, contrairement à ce que laisse entendre l’agence américaine Bloomberg, le sujet n’est pas de créer une OTA pour « rivaliser avec Airbnb, Booking.com ». 

Le système, qui pourrait être baptisé Data Hub, n’affiche aucune ambition marchande, mais s’inscrit bien dans la continuité de DATAtourisme : son déploiement a vocation à bénéficier aux startups et à tous les acteurs touristiques susceptibles d’exploiter les données de la plateforme pour développer de nouveaux services.

La solution serait opérationnelle au premier semestre 2021. Les premières préconisations sont attendues en novembre prochain.

Lire aussi :  Été 2020 : des vacances hexagonales, vertes et rurales pour les français

Soutien des saisonniers et promotion du tourisme local

Autre mesure présentée lors de la conférence de presse suivant le comité de filière : une plateforme à destination des travailleurs saisonniers doit être lancée avant la fin du mois. Ce site de mise en relation comprendra notamment les offres de Pôle Emploi et des entreprises du tourisme et entend permettre de trouver un emploi saisonnier rapidement.

Enfin, une campagne de promotion de la destination a été exposée par Christian Mantéi, président de l’agence de développement touristique Atout France. Intitulée « Cet été, je visite la France », l’opération veut encourager des vacances « Bleu, Blanc, Rouge » afin de redynamiser l’économie nationale. Et si elle cible pour l’instant les vacanciers français, une évolution vers une clientèle européenne serait envisageable lorsque la libre circulation des résidents du Vieux Continent sera de nouveau effective. A priori à la mi-juin.

À lire également sur Aquæ...

X