10 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
Europe Mondoscopie

Portugal : les thermes rouvrent sous conditions sanitaires strictes

© Vitor Oliveira - Termas Do Cro
Modifié le Temps de lecture : 2 minutes


À l’arrêt complet depuis la mi-mars, le thermalisme portugais a reçu le feu vert du Ministère de la santé pour une reprise de l’activité, avec des contraintes strictes en termes de protocoles sanitaires, équivalentes à celle de la France.

Après 3 mois d’inactivité due à la pandémie de COVID-19, les établissements thermaux portugais ont reçu l’autorisation, le 15 juin dernier, de rouvrir leurs portes. En raison des contraintes réglementaires, la reprise de l’activité des 46 infrastructures devrait s’étaler sur 3 semaines. 

Avant de recevoir des curistes, en plus des procédures habituelles d’inspection et de surveillance sanitaire des installations et des équipements, les thermes seront ainsi soumis à des protocoles sanitaires renforcés concernant l’accueil, le nombre de personnes en zone de soins ou encore les procédures d’hygiène. 

Lire aussi :  La destination Portugal crée le label « Clean & Safe »

Préparation, prévention et contrôle

Ces mesures sont détaillées dans la directive n° 031/2020, datant du 13 juin 2020. Elles concernent, par exemple, la préparation des installations et des équipes. Dans cette optique, il s’agit de mettre à jour des plans d’urgence conformément à la directive 006/2020 de la Direction générale de la santé qui envisage la marche à suivre si un cas est suspecté, la définition d’une zone d’isolement, etc. Les employés doivent d’ailleurs recevoir une formation sur ce dispositif et les curistes des informations sur les protocoles sanitaires par le biais d’affiches, notamment à l’entrée du bâtiment. 

Deuxième point : la prévention et le contrôle de la maladie. Des panneaux d’information sur les gestes barrières sont à installer dans tous les espaces d’accueil. De plus, les curistes seront dotés d’un masque chirurgical et de gel hydroalcoolique à leur arrivée. Il est également recommandé de favoriser la prise de rendez-vous à distance. Mais aussi de retirer des salles d’attente tous les objets qui peuvent être manipulés par plusieurs personnes (magazines, prospectus, machines à café, distributeurs, etc.). Dans un but de gestion des flux, les horaires des personnels et des soins sont à organiser. On note également l’interdiction d’accès à toute personne présentant des symptômes évocateurs du COVID-19.

Lire aussi :  Italie : une "unité COVID" pour assurer la sécurité sanitaire thermale

Marche à suivre dès l’accueil du curiste

Lors de la prise de rendez-vous, un questionnaire est à réaliser, au plus tard 72 heures avant l’admission des curistes. Seuls ceux présentant de faibles risques seront acceptés. En outre, pendant le séjour, ils sont invités à effectuer une auto-surveillance régulière et à porter un masque.

Viennent ensuite les consultations et les soins. Compte tenu des formes de transmission du coronavirus et du danger de contagion, les pratiques collectives, et en particulier certaines techniques d’ORL et de pulvérisation, doivent être suspendues. En parallèle, les cabinets médicaux sont équipés de manière à ce que les actes médicaux soient effectués en toute sécurité. Pour les textiles, tous les draps, les serviettes et les peignoirs seront fournis par l’établissement thermal.

Par ailleurs, la directive comprend un certain nombre de mesures concernant les fournisseurs, la communication ou encore les dispositions à prendre en cas de suspicion au cours d’un soin thermal. Sur ce dernier aspect, il s’agit d’accompagner le curiste en isolement, de contacter la famille de l’agent thermal, de prévenir les autorités sanitaires locales ou encore de bien désinfecter les endroits où le patient a circulé.

À lire également sur Aquæ...

X