20 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
A la une Tourisme

Comment les Régions aident les acteurs du tourisme à se relever ?

© Il Vagabiondo - Unsplash
Modifié le Temps de lecture : 3 minutes


Soutien financier, tarifs réduits, campagnes de promotion… les régions françaises ont mis en place des dispositifs variés pour participer à la relance de l’activité touristique sur leur territoire.

En complément des mesures adoptées par le gouvernement pour soutenir le secteur dans le contexte de crise sanitaire, les régions françaises poursuivent leurs efforts en faveur du tourisme. Le point sur les initiatives engagées pour aider les acteurs touristiques français à reprendre le dessus après un arrêt presque total de l’activité qui aurait engendré des pertes de recettes de plus de 40 milliards d’euros, selon les estimations de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement.

Lire aussi :  Des pertes estimées à 3 000 milliards d'euros pour le tourisme dans le monde

Auvergne-Rhône-Alpes : un plan de relance de 12 millions d’euros

La Région Auvergne-Rhône-Alpes, qui fait état d’une baisse de chiffre d’affaires de près de 2 milliards d’euros pour le secteur, a ainsi présenté, en juin dernier, son propre plan de relance du tourisme. Via l’agence Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme, la campagne de promotion du territoire « Renaître ici » a, par exemple, été engagée. Et une enveloppe budgétaire de 12 millions d’euros a été mobilisée. 

En parallèle, un soutien financier exceptionnel a été élaboré. Il s’agit notamment des « Aides Région », qui se décomposent en 3 parties. Le Prêt Région Auvergne-Rhône-Alpes propose un apport en trésorerie par le biais d’un prêt à taux zéro pouvant aller jusqu’à 100 000 euros sur 7 ans, avec un différé de paiement de 2 ans. Le Prêt Artisan et Commerçant consiste quant à lui en un prêt à taux zéro entre 3 000 et 20 000 euros sur 5 ans. Enfin, le fonds « Région unie » comporte 2 mécanismes d’accompagnement. Un fonds régional d’urgence à destination du tourisme et de l’hôtellerie-restauration a été doté de 30 millions d’euros afin que les professionnels ayant connu une chute de leur chiffre d’affaires de 20 % sur 1 an puissent bénéficier de subventions à hauteur de 5 000 euros. La deuxième initiative s’adresse aux micro entreprises et aux associations. L’idée est de proposer des avances remboursables de 3 000 à 20 000 euros.

Lire aussi :  En Auvergne-Rhône-Alpes, renaissance rime avec bienveillance

Bretagne : une campagne de communication d’1 million d’euros

Du côté de la Bretagne, les pertes du secteur touristique, qui représente 10 % du PIB régional, pourraient atteindre 1,2 milliard d’euros. Face à ce constat, le Comité régional du tourisme (CRT) a instauré un plan de relance sur 2 ans. Parmi les outils mis à disposition des professionnels, une campagne de communication, d’un montant de plus d’1 million d’euros, cible la clientèle de proximité, les familles, les jeunes actifs et les couples avec enfants. 

Grand Est : 1 milliard d’euros et une plateforme dédiée

Dans le Grand Est, c’est un programme d’aides de plus d’1 milliard d’euros que la Région a développé à l’attention des établissements thermaux, des hôtels, des restaurants, des agences de voyages, des parcs naturels, etc. Baptisé #StrongTogether, le dispositif bénéficie d’un site web faisant office de guichet unique accessible depuis le 15 mars. Il regroupe 4 programmes d’appui à destination des entreprises : financement, qui répertorie les aides locales, régionales et nationales ; transformation, qui permet de diffuser des protocoles sanitaires spécifiques ou encore des formations sur la transformation digitale ; communication, qui s’appuie sur des plans de promotion ; et tourisme d’affaires. 

Île-de-France : 15 millions pour le tourisme dans le premier acte du plan de relance

Concernant l’Île-de-France, la Région a avancé 1,3 milliard d’euros pour l’acte I de son plan de relance. Parmi les 640 millions d’euros destinés aux entreprises et à l’innovation, le secteur du tourisme bénéficie d’une enveloppe spécifique de 15 millions d’euros. Un deuxième acte est d’ores et déjà prévu à la rentrée. Il devrait reposer sur la signature d’un contrat plan Etat-région.

Nouvelle-Aquitaine : 7 millions d’euros de chèques-vacances

En Nouvelle-Aquitaine, un mécanisme de chèques-vacances a été mis en place pour les familles modestes qui pourront ainsi payer un transport, un hébergement, une activité de loisirs ou un restaurant. Le programme, qui dispose d’un budget de 7 millions d’euros, présente un double objectif : permettre aux ménages de partir en vacances et soutenir les entreprises du tourisme. L’initiative est née du constat que, chaque année, plus de 40 % des habitants de la région ne partaient pas en vacances faute de moyens.

Lire aussi :  Le chèque-cadeau, une clé de la relance…

Occitanie : des tarifs réduits pendant 1 an

L’Occitanie propose, quant à elle, une carte de réduction aux habitants de ses 13 départements, utilisable dans l’hébergement, la restauration, les loisirs, la culture et le sport. Dénommé Occ’ygène, elle vise à faire profiter de tarifs réduits. Le système, actif depuis le 1er juillet, est valable 1 an. Il s’ajoute à d’autres dispositions adoptées par la Région, comme la montée en puissance des billets à 1 euro dans les TER ou le plafonnement des tarifs des voyages en autocar à 2 euros pour tous les trajets.

PACA : 65 millions d’euros d’aides financières et 10 millions en chèques vacances

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la filière touristique fait état de 5 milliards d’euros de pertes sur les 20 milliards de retombées annuelles. La Région a donc engagé un plan de relance de 80 millions d’euros, dont 65 millions en aides directes pour sauvegarder les entreprises. Par ailleurs, pour soutenir l’offre touristique, un plan de communication a été proposé, de même que des chèques vacances. Ces derniers permettant d’injecter 10 millions d’euros dans le tourisme local par le biais d’aides au pouvoir d’achat.

© Il VagabiondoUnsplash

À lire également sur Aquæ...

X