AQUÆ
Image default
Original

Le très court voyage de la capsule temporelle du « 50 ans de Victoire »

Temps de lecture : 2 minutes


Novembre 
2120. Libérée des glaces de l’Arctique, une capsule temporelle plus que centenaire s’est frayé un chemin jusqu’aux plages irlandaises. Conor et Sophie ne le savent pas encore, mais ils s’apprêtent à faire une incroyable découverte : les traces d’un passé révolu.  

Une tranche d’histoire sciemment abandonnée en août 2018 à 3 800 km de làdans la banquise par les passagers d’un brise-glace nucléaire russe baptisé « 50 ans de Victoire ». Les souvenirs d’une année du début du XXIe siècle, marqué par le mariage du prince Harry avec l’actrice Meghan Markle, la victoire d’Israël à l’Eurovision, le triomphe de la France lors de la coupe du monde de football en RussieLorsque Conor et Sophie ouvrent enfin la capsule, après s’être assurés qu’il ne s’agissait pas d’une bombe, ils découvrent des cartes postales, de lettres, des photos, etc., eont un peu l’impression d’ouvrir une page d’un livre depuis longtemps refermé… 

Mais en fait non !  

Parce qu’on n’est pas en novembre 2120, mais en novembre 2020. Et Conor et Sophie ont bien découvert une capsule temporelle, seulement elle n’est pas centenaire : elle a deux ans ! Les passagers du « 50 ans de Victoire » l’ont effectivement laissée à 3 800 km de là, dans les glaces de l’Arctique. Espérant qu’elle raconte une tranche d’histoire, ils y ont déposé non seulement des photographies, des journaux de bord, un menu de restaurant, des poèmes, des sous-verres en liège, mais aussi une route touristique de l’Arctique. Un élément qui marque une originalité du « 50 ans de Victoire », propriété du ministère de la Marine russe.  

Ce brise-glace à propulsion nucléaire, dont la construction s’est achevée en 2007, assure une double mission. Pendant l’hiver, il endosse son rôle premier : briser la glace. Il entretient alors une route maritime utilisée par les navires de commerce pour passer de l’Europe à l’Asie. Mais pendant l’été arctique, il accueille les touristes souhaitant découvrir le pôle Nord. Le bâtiment maritime se convertit alors en navire de croisière : bar, salon, bibliothèque, salle de remise en forme, saunas, piscine… tout y est ! Il peut recevoir jusqu’à 140 passagers dans des cabines atteignant 39 m²Deux guides naturalistes montent même à bord pour animer des conférences. 

C’est au cours d’une de ces croisières polaires que la capsule temporelle a été déposée par un groupe de touristes. Elle devait rester piégée pendant 30 à 50 ansToutefois, le changement climatique en a décidé autrement : elle n’a mis que 24 petits mois à quitter son point de départ pour échouer sur une plage d’Irlande. 

La fonte de la glace est effectivement plus rapide que prévu : en octobre 2020, les observations de l’Arctique montrent que la région se réchauffe deux fois plus vite que le reste du globe, et qu’elle a perdu plus de 8 % de sa surface glacée en 10 ans. De même, l’inlandsis du Groenland, glacier de très grande taille, s’est séparé de 3 600 milliards de tonnes de glace depuis 2002.  

Témoin s’il en est du réchauffement de la Planète, la banquise arctique pourrait disparaître en 2054… Une estimation qui trouve écho dans une lettre retrouvée dans la capsule du « 50 ans de Victoire », datée du 4 août 2018 : « Tout autour est couvert de glace. Nous pensons qu’au moment où cette lettre sera trouvée, il n’y aura malheureusement plus de glace en Arctique ».  

À lire aussi...

L’accès aux toilettes… un enjeu mondial

Lucie Lefebvre

Du T-shirt à l’océan, le long périple de Georges, microplastique ordinaire

Lucie Lefebvre

Surveiller les poissons sans les capturer, c’est désormais possible

Lucie Lefebvre

Leave a Comment

Translate »
X