AQUÆ
Image default
Société Télex

Une « île énergétique » artificielle en mer du Nord

Temps de lecture : 2 minutes

 

Le Danemark devrait se doter d’ici 2033 d’un centre énergétique offshore pour récolter l’énergie d’éoliennes installées en mer et la redistribuer sur le continent.

La décision est historique. Le 4 février dernier, le Danemark a signé un accord pour la construction d’un centre énergétique sur une île artificielle en pleine mer du Nord. Cette « île énergétique », qui devrait voir le jour en 2033, permettrait à terme de couvrir la consommation en énergie de 10 millions de ménages européens. Ce projet marquerait ainsi une étape cruciale dans la transition du Vieux continent vers les énergies renouvelables.

Produire, stocker et convertir l’énergie sur place

Située à 80 km au large de la côte ouest danoise, l’île de 120 000 m² fera office de centrale électrique offshore. Elle sera connectée à des centaines d’éoliennes implantées en mer autour d’elle, récoltera l’énergie produite par ces dernières et la redistribuera directement aux consommateurs

Des possibilités d’extension sont d’ores et déjà envisagées. Un port et des installations de stockages pourraient être construits sur place, de même qu’une unité de conversion de l’électricité verte issue des éoliennes. Sur le long terme, le Danemark ambitionne ainsi de transformer, directement sur l’île, l’électricité d’origine éolienne en hydrogène vert. Celui-ci serait ensuite envoyé au Danemark et aux pays voisins par des tubes sous-marins.

En route vers une Europe climatiquement neutre

Pour le ministre danois du climat, Dan Jørgensen, le projet va contribuer grandement à deux objectifs européens : la neutralité climatique souhaitée par l’Union européenne d’ici 2050 et la hausse de la production d’énergie éolienne en mer fixée par la Commission.

« Le pôle énergétique de la mer du Nord sera le plus grand projet de construction de l’histoire du Danemark. Il contribuera grandement à la réalisation de l’énorme potentiel de l’énergie éolienne offshore européenne, et je me réjouis de notre future collaboration avec d’autres pays européens », a-t-il déclaré.

 

© Agence danoise de l’énergie

À lire aussi...

Himalaya : la plus grosse réserve d’eau d’Asie en danger

TEAM AQUAE

Recensement des grottes submergées en Corse 

Alban Derouet

Cyberattaque : faut-il craindre pour la sécurité de l’eau potable ?

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X