AQUÆ
Image default
Original

Hadrien, l’empereur qui aimait l’eau

Temps de lecture : 2 minutes

 

Nous remontons le temps jusqu’au IIe siècle. L’Empire romain est alors dirigé par le quatorzième empereur romain, Publius Aelius Hadrianus, dit Hadrien, l’un des plus puissants qui ait régné sur Rome.

Il fait construire sa résidence impériale, la villa d’Hadrien, non loin de Tivoli, aux pieds des Apennins, à une trentaine de kilomètres de Rome. C’est à travers l’architecture de cette somptueuse demeure de 120 hectares que l’empereur souhaite démontrer sa grandeur. Il réalise ainsi une prouesse pour l’époque en intégrant une mise en scène aquatique dans la salle de banquet principale du palais. Ce théâtre d’opulence, entre marbre et fontaines, contribue à asseoir le pouvoir impérial.

Des fontaines en signe de pouvoir

Le triclinium, salle de banquet romaine, se situe au cœur de la résidence impériale. Il semble trôner là tel un trophée que personne ne pourrait égaler, symbolisant ainsi le pouvoir suprême d’Hadrien. La table, qui ne pouvait probablement pas accueillir plus de trois personnes, siège sur une plateforme de marbre entourée d’eau et de fontaines. Ces dernières sont décorées de têtes de lions sculptées par lesquelles l’eau jaillit.

Toute cette installation aquatique repose sur un système hydraulique ingénieux et innovant qui traverse l’ensemble de la pièce grâce à l’empilement de plusieurs mini citernes. Cette villa à l’allure futuriste élève Hadrien au rang de divinité pour ses sujets, mais également pour les autres dirigeants.

Une architecture audacieuse et novatrice

Comment asseoir son pouvoir et devenir l’un des plus grands empereurs de Rome ? Hadrien a choisi de se démarquer par une architecture inédite sous l’Empire. Un mélange d’inspirations égyptienne et grecque qu’il apprécie particulièrement, et qui lui survivra à travers ses successeurs.

Hadrien a inventé quelque chose, une nouvelle vision de l’architecture et du pouvoir : une architecture « adriatique ». Elle n’est ni grecque, ni romaine et ne ressemble à aucune autre, elle est unique. Des perspectives fuyantes, des courbes et des contre-courbes tantôt concaves ou convexes se côtoient puis se mêlent, et inspireront plus tard le mouvement baroque.

Le triclinium aquatique de l’empereur Hadrien a ainsi révolutionné l’architecture, mais aussi la politique. Quand l’art se met au service du pouvoir…

 

©Marc Biarnès

À lire aussi...

Vestige d’un pirate disparu en mer

TEAM AQUAE

De la vie sous la banquise en Antarctique

TEAM AQUAE

Un observatoire sous-marin en forme de baleine

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X