10 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
Santé

Pour pallier au retrait des États-Unis, l’OMS mise sur des fonds privés

© Wikimedia
Modifié le Temps de lecture : 2 minutes


Nouvellement créée, la Fondation de l’OMS, juridiquement distincte, facilitera le financement des programmes mondiaux de santé publique, en particulier par le recours aux dons de particuliers. 

Le président des États-Unis, Donald Trump, annonçait, le 29 mai dernier, la suspension de la contribution financière de son pays à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dont il était jusqu’alors le premier bailleur de fonds, avec une participation au budget de l’agence des Nations unies à hauteur d’environ 15 %. Anticipant le désengagement de partenaires publics et souhaitant répondre aux enjeux sanitaires mondiaux, mis en lumière par la crise liée à la pandémie de coronavirus, l’OMS a lancé sa Fondation, un organisme indépendant d’octroi de subventions. 

Élargir le vivier de donateurs

L’entité financera l’OMS et ses partenaires dans le cadre de la mise en œuvre de son plan stratégique quinquennal visant, d’ici à 2023, à « protéger 1 milliard de personnes des urgences sanitaires, faire bénéficier d’une couverture médicale universelle 1 milliard d’individus et garantir un meilleur état de santé, ainsi qu’un plus grand bien-être à 1 milliard de personnes ». 

Pour le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, « la réussite future de l’OMS reposera en grande partie sur l’élargissement de son vivier de donateurs et sur le renforcement tant quantitatif que qualitatif du financement dont elle dispose. La création de la Fondation de l’OMS, dans le cadre de la transformation de l’Organisation, marque une étape importante vers cet objectif et vers la concrétisation de notre mission, qui consiste à promouvoir la santé, à préserver la sécurité mondiale et à servir les populations vulnérables. »

La Fondation de l’OMS, dont le siège est basé à Genève, en Suisse, est conduite par le Pr Thomas Zeltner, ancien directeur de l’Office fédéral suisse de la santé publique (1991-2009), initiateur du projet et président du conseil d’administration. Ce dernier en assurera la gouvernance, en s’appuyant sur les orientations d’un groupe consultatif composé de « spécialistes de la santé mondiale, de la philanthropie, de l’éthique et de la finance ». 

Lire aussi :  "Notre objectif est d’investir dans la santé publique et de protéger l’emploi »

3 milliards de dollars attendus

Tandis que jusqu’à présent l’organisation internationale ne recevait pas de dons du grand public et que plus de 80 % des financements, apportés par les États membres principalement, étaient alloués à des programmes spécifiques donc peu souples, la nouvelle structure accueillera les contributions de particuliers, d’entreprises et de partenaires traditionnels de l’OMS. 

Selon l’Agence télégraphique suisse, la Fondation de l’OMS pourrait financer les activités de l’organisation sanitaire internationale à hauteur de 3 milliards de dollars d’ici à 2023, un montant important au regard de son budget, qui s’élève, pour la période 2020-2021, à 4,8 milliards de dollars.

© Wikimedia (Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0))

À lire également sur Aquæ...

X