20 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
Santé

La région Paca expérimente le sport sur ordonnance

© Chanan Greenblatt - Unsplash
Modifié le Temps de lecture : < 1 minute


Dans le cadre expérimental de l’As du Cœur Multicentrique, 1 200 patients de Provence-Alpes-Côte d’Azur sortant de réadaptation cardiovasculaire pourront bénéficier d’un programme remboursé d’activité physique adaptée.

En collaboration avec l’ARS (Agence régionale de santé) de Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’association Azur Sport Santé participe à l’expérimentation nationale As du Cœur Multicentrique. Cette initiative offre la possibilité à 1 200 individus de participer à des séances d’activité physique adaptée sur prescription intégralement prises en charge par l’Assurance maladie. Un dispositif faisant écho à l’article 51 de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018, qui prévoit de tester de nouveaux modes de fonctionnement en santé afin d’améliorer les parcours des patients. Ce qui ouvre notamment la voie au sport sur ordonnance.

Lire aussi :  Objectif : 500 Maisons Sport-Santé en 2022

Cinq établissements pour accueillir 1 200 patients

Concrètement, le projet As du Cœur Multicentrique s’adresse aux patients après la phase de réadaptation cardiovasculaire. Ceux-ci pourront donc profiter, pendant 5 mois, d’un programme d’activité physique adaptée dans des structures référencées par l’ARS. Dans la région Paca, elles sont 5, à savoir l’hôpital privé Clairval – Ramsay à Marseille (13), l’hôpital Léon Bérard à Hyères (83), l’hôpital privé Arnault Tzanck à Mougins (06), l’hôpital privé gériatrique Les Sources à Nice (06) et, enfin, la clinique La Maison Du Mineur à Vence (06).

L’association qui mène l’expérimentation a d’ailleurs initié l’étude As du Cœur à l’origine du programme. Celle-ci a permis de mesurer, d’une part, l’impact d’un programme d’activité physique sur les dépenses de santé des patients souffrant de maladies cardiovasculaires et, d’autre part, son efficacité. Des travaux dont les résultats ont souligné une amélioration de la qualité de vie, ainsi qu’une baisse de 30 % des dépenses de santé dans l’année suivant l’intervention.

© Chanan GreenblattUnsplash

À lire également sur Aquæ...

X