AQUÆ
Image default
Asie Original Recherche

Badjos : peuple « poisson » d’Asie qui a changé d’ADN

Découvrir un peuple « poisson » d’Asie très ancien et dont l’ADN a muté, ça vous tente ?

Champion toutes catégories de plongée en apnée, leur biologie exceptionnelle s’est adaptée à l’environnement uniquement aquatique et à ses besoins.

Une étude scientifique récente ouvre en effet la porte à bien des questions sur notre capacité à modifier notre ADN.

Science : leur ADN a évolué par nécessité

Une étude passionnante a été faite sur ce peuple poisson d’Asie. De tels résultats dans le milieu de la mer ont des implications complémentaires sur les recherches concernant l’hypoxie. N’oublions pas que, jusqu’ici, les seules données étudiées touchaient les peuples de haute altitude.

Cette analyse génomique comparative montre que la rate chez les Badjos (ou Bajau) a augmenté de taille. Elle leur fournit ainsi un plus grand réservoir de globules rouges oxygénés. La même étude démontre aussi en synthèse que la forte sélection d’un gène spécifique à ce peuple d’Asie Badjos affecte directement le réflexe de plongée humain et démultiplie ses capacités.

En conclusion, les scientifiques reconnaissent se trouver face à une nouvelle compréhension de l’interrelation existant entre l’hypoxie, la fonction thyroïdienne, le volume cellulaire et la taille de la rate.

Le peuple poisson d’Asie face aux champions d’apnée

L’apnéiste français, Abdelatif Alouach, est descendu à 111 mètres de profondeur lors des championnats du monde  de 2022 à Roatan, au Honduras. Mais notez bien que son temps de plongée n’a duré que 4 minutes et 4 secondes.

Précédemment, le champion du monde d’apnée dynamique, Arthur Guerin-Boëri, atteignit la barre des 300 mètres de profondeur.

Les Badjos, de leur côté, plongent en moyenne à 60 mètres de profondeur. Par contre, ils peuvent rester en apnée jusqu’à 13 minutes. Leur prouesse ne concerne donc pas la profondeur mais la durée en apnée continue sous l’eau. Ce qui correspond à l’adaptation biologique de leur ADN par nécessité environnementale.

Le peuple poisson d’Asie en vidéo

À lire aussi...

Sécheresse du lac Mead : quand les cadavres émergent

Aquae

4 marins sur un trimaran à la dérive

Aquae

Votre chien et l’eau : 5 conseils pour jouer ensemble

Aquae

Leave a Comment

14 + dix-sept =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »