AQUÆ
Image default
Santé

Un guide sanitaire pour la réouverture des thalassos

Afin que la reprise s’opère dans les meilleures conditions dans les centres de thalassothérapie français, l’organisation patronale représentant le secteur de l’hôtellerie-restauration a listé les règles sanitaires à appliquer.

L’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) a publié, le 28 mai dernier, un guide sanitaire des CHRD (cafés, hôtels, restaurants et discothèques). Élaboré en collaboration avec ses syndicats associés, dont France Thalasso, il s’adresse également aux établissements de thalassothérapie. Le document comprend un cadre général présentant des protocoles sanitaires communs à tous les types de structures. Il est complété par des fiches de recommandation en fonction de l’activité, ainsi que par un kit d’affichage.

Lire aussi :  Un guide sanitaire pour la réouverture des hôtels

Sécuriser les soins de thalassothérapie

Concernant les services de soins, des principes de base sont édictés à destination des praticiens en termes de préparation des séances, de réception du client et de nettoyage des postes.

  • Préparation du personnel. Il s’agit d’installer des écrans de protection au niveau des postes d’accueil. Si c’est impossible, les agents doivent être pourvus de systèmes permettant de couvrir le visage le plus possible (casques avec visière transparente, par exemple). En outre, la totalité du personnel doit être doté de gel hydroalcoolique, de masques et de gants. Afin de respecter la distanciation sociale, un marquage au sol est à prévoir. En amont des soins, les agents inviteront la clientèle à prendre une douche avant chaque demi-matinée ou entrée au spa. Enfin, celle-ci doit disposer de bacs pour déposer le linge sale.
  • Accueil, service et départs clients. Premier point : la réservation à distance est à encourager (par mail, téléphone ou via le site du centre). En parallèle de quoi les plages horaires peuvent être rallongées afin de réduire au maximum les flux de circulation en zones de soins. Il est également recommandé que la clientèle amène son propre gobelet ou sa gourde, ou de préférer les contenants jetables. Mais aussi qu’elle laisse tous ses effets personnels au vestiaire (bijoux, sac, téléphone, etc.). À l’arrivée en zone de soins, du gel et des gants sont à fournir systématiquement. Quant à la présentation du planning, le client seul manipulera sa feuille de soins, puis se lavera les mains et s’équipera d’un masque.
  • Nettoyage et désinfection. Après les soins, toutes les surfaces doivent être soigneusement désinfectées, si possible au moyen de centrales de désinfection. Les contenants en cabine seront, quant à eux, désinfectés à chaque utilisation. L’aération des cabines en fin de session est également primordiale. Le client est tenu, en outre, de se débarrasser lui-même de tous les textiles jetables. Il est aussi préconisé de laver les housses de table de massage à plus de 60 °C. Pour terminer, tous les outils et les surfaces sont à nettoyer en fin de poste. Pour les bains, il faut disposer des pastilles de chlore à laisser agir toute la nuit.
Lire aussi :  Les préconisations des médecins thermaux à la réouverture des centres

Protocoles pour la restauration

Au niveau de l’offre de restauration des thalassos, des règles sanitaires strictes sont à suivre, de la réception des marchandises au service en salle, en passant par l’aménagement des terrasses.

  • Réception des marchandises. Un espace spécifique doit être dédié et muni de gel hydroalcoolique, de poubelles à levier non manuel, etc. Les commandes sont à programmer en horaires décalés. Pour éviter les contacts avec le livreur, celui-ci est invité à déposer les livraisons à l’extérieur et les commandes seront prépayées. Par la suite, le personnel sort tous les produits de leur emballage. Enfin, les locaux sont à désinfecter après chaque livraison. Les produits peuvent être désinfectés avant de pénétrer dans le centre si besoin.
  • En cuisine. Si la distanciation est impossible, les agents sont tenus de porter un masque.De plus, il est préconisé de fournir des outils individuels. Les processus de désinfection des surfaces sont à renforcer, tant au niveau de la périodicité que du suivi. Afin de limiter les interactions entre les employés, les prises de service sont à décaler. En parallèle de quoi, les zones d’habillage/déshabillage doivent contenir des emplacements pour se laver les mains et des poubelles.
  • Service en salle. Parmi les recommandations, l’emplacement des tables (1 mètre entre chaque) et la circulation sont à réorganiser afin d’être en mesure de respecter la distanciation. Les réservations à l’avance permettront également de mieux maîtriser les flux de clientèle et les déplacements des clients seront limités pendant le service. Du côté des aliments, les buffets sont à éviter au maximum. Lorsque ce n’est pas possible, les denrées présentées doivent être protégées, le service assuré par le personnel ou au moyen d’ustensiles individuels et via un marquage mis en place. Les condiments à usage unique sont d’ailleurs préférables. Tous les matériels de libre-service sont proscrits. Enfin, au moment du paiement, si possible, les solutions dématérialisées sont à privilégier. Toutes les surfaces, tables, chaises, etc., doivent être désinfectées après chaque client.
  • Bars et terrasses. Les préconisations sur l’organisation des lieux sont similaires à celles en salle. En revanche, il existe quelques points spécifiques. Par exemple, seuls les clients portant un masque peuvent se déplacer. Et les journaux et autres publications ne seront plus fournis.
Lire aussi :  Des mesures concrètes pour la réouverture des spas

Règles sanitaires des services de chambre

Enfin, pour les parties consacrées aux hébergements, l’essentiel des mesures s’adresse au personnel réalisant le nettoyage des chambres. Si la configuration de l’entreprise le permet, une alternance du personnel entre le matin et le soir est préférable. Une organisation adaptée des tâches peut alors être envisagée : l’équipe du soir défait et désinfecte la chambre, l’équipe du matin nettoie et fait la chambre. Une rotation qui permet d’établir deux circuits, un pour le linge propre, un pour le linge sale. 

  • Préparation. Chaque agent doit bénéficier, si possible, de son propre chariot qui sera, par ailleurs, équipé de gel hydroalcoolique. Il est préférable de restreindre au maximum le travail à deux, sauf pour les tâches pénibles. Mais aussi d’offrir plus de temps au nettoyage.
  • Nettoyage. Dans les chambres, il faut désinfecter les objets potentiellement manipulés par les clients, éviter de secouer les linges, respecter les distances entre le linge sale et le linge propre ou encore utiliser des gants de ménage et se laver les mains gantées entre chaque chambre.

Cliquez ici pour consulter le guide sanitaire des CHRD.

À lire aussi...

Top 10 des stations thermales au bord de l’océan en France

TEAM AQUAE

Le thermalisme européen au cœur du post-COVID

TEAM AQUAE

Qualité des eaux : Impact global des effluents urbains sur les zones naturelles

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »