fbpx
24 juillet 2020
AQUÆ, le journal BtoB des filières Tourisme, Santé & Bien-être
Recherche

Le thermalisme pour prendre en charge les conséquences psychologiques de l’épidémie de coronavirus

© Fernando - Unsplash
Modifié le Temps de lecture : 3 minutes


La pandémie de COVID-19 en elle-même, mais aussi les mesures de confinement, présentent de nombreuses conséquences sur la santé mentale, que les établissements thermaux seraient en capacité de traiter.

Quelles sont les répercussions du confinement sur la santé mentale ? Telle est la question à laquelle l’ESPA (European Spas Association) a souhaité répondre en publiant un article, réalisé par le Dr Olivier Dubois, psychiatre directeur des thermes de Saujon (17), et Margrét Grímsdóttir, directrice des soins du médispa et de la clinique de réhabilitation de Heilsustofnun, en Islande. Les deux professionnels de santé abordent également les valeurs ajoutées des établissements thermaux et des resorts santé européens dans la prise en charge de ces troubles.

Lire aussi :  COVID-19 et obésité : le rôle préventif de la cure thermale

Des effets allant de l’insomnie à l’état de stress post traumatique

Pour commencer, les auteurs assurent qu’il convient de ne pas sous-estimer l’impact psychologique individuel et collectif de la pandémie de COVID-19. Plusieurs traumatismes sont ainsi susceptibles d’émerger d’une telle crise sanitaire inattendue : peur de la maladie et du risque de décès, violence de la surinformation et angoisses liées au confinement. En effet, bien que l’isolement soit nécessaire et globalement compris par la population, l’apparition de différents troubles engendrés par cette mesure est mise en exergue, notamment en raison du manque d’interaction sociale prolongé. Sont mentionnés des symptômes comme l’insomnie, la fatigue et les plaintes psychosomatiques de douleurs atypiques, d’oppression, de malaise. Ce qui peut conduire à des états dépressifs réactifs et même aller jusqu’à un stress post traumatique combiné à des états dépressifs prolongés, des crises de panique, etc. 

Les premiers résultats d’études menées sur ces conséquences psychologiques commencent d’ailleurs à être publiés. Par exemple, des travaux effectués par le Centre de santé mentale de Shanghai montrent que 35 % de la population interrogée a éprouvé une détresse psychologique en raison de la pandémie de coronavirus et 5 % des troubles graves, dont une intention suicidaire. En parallèle, un article paru dans The Lancet a permis de compiler plus de 3 000 articles sur les conséquences du confinement dans 10 pays. Il fait état non seulement de stress post traumatique, mais aussi de confusion et de colère pathologique. Une enquête d’OpinionWay réalisée pour Empreinte Humaine, cabinet conseil en qualité de vie au travail, est aussi citée. Menée auprès de 2 000 salariés, elle révèle que 44 % des individus seraient en situation de détresse psychologique. Ils se plaignent d’une charge mentale croissante et de craintes face à l’avenir. Les sources de stress majeures sont l’hyperconnexion, la surcharge paradoxale de travail, les difficultés pour conjuguer vie privée et travail, etc.

Lire aussi :  COVID-19 : la cure thermale pour prévenir les maladies cardiovasculaires

La cure thermale pour travailler sur les mécanismes de défense et la gestion du stress

Pour répondre à des besoins d’accompagnement psychologique en hausse, le Dr Dubois et Margrét Grímsdóttir précisent qu’il faudra mettre au point des programmes adaptés. Ils avancent alors trois avantages des centres thermaux : soins symptomatiques, soutien psychologique et déstigmatisation.

La station thermale de Saujon, spécialisée dans des affections psychosomatiques, est alors citée en exemple. En particulier un projet en lien avec un hôpital militaire visant à prendre en charge des soldats souffrant de stress post traumatique à long terme, dont les modalités pourraient s’adapter au contexte de crise sanitaire. L’objectif est de travailler sur les mécanismes de défense et les processus de résilience à développer.

Lire aussi :  Covid-19 : l'intérêt de la balnéothérapie pour les affections respiratoires

Autre exemple : le médispa islandais de Heilsustofnun, lauréat du prix de l’innovation de l’ESPA. L’établissement a instauré un programme de « gestion de la vie sans stress » qui a pour ambition d’aider les patients à se remettre de leur épuisement, à prendre soin de leur santé et à gérer les situations stressantes. Le dispositif repose également sur une sensibilisation à la santé, un renforcement des aptitudes physiques et de l’endurance, une réduction de la douleur physique et une amélioration de la santé mentale et de la qualité de vie. Pour ce faire, le centre propose des soins thermaux (balnéothérapie, boues, etc.), des séances de méditation de pleine conscience, de l’exercice physique, des conférences, des sessions d’éducation thérapeutique, etc.

Une expérimentation de l’université de Vienne, soulignant les bienfaits du thermalisme sur le bien-être des patients, est d’ailleurs mise en avant. Publiée en janvier 2001, elle montre une amélioration significative engendrée par une cure thermale de 3 semaines sur les plaintes, la douleur, la fatigue et l’humeur. Des effets pouvant durer jusqu’à 1 an après la cure pour certaines caractéristiques.

© Fernando CferdoUnsplash

À lire également sur Aquæ...

X