AQUÆ
Image default
Société

Impact du COVID-19 : et le transport maritime dans tout ça ?

Temps de lecture : 2 minutes


La pandémie de coronavirus a largement freiné l’activité du secteur, en plus d’engendrer des situations plus que problématiques pour des milliers de marins…
 

La pandémie de COVID-19, et surtout les mesures adoptées par les gouvernements pour endiguer sa propagation, affecte l’économie mondiale quasiment dans sa globalité. Mais il est des secteurs auxquels on pense moins. C’est le cas du commerce maritime.

Une reprise (incertaine) en 2021 

Le secteur pourrait enregistrer une chute d’activité de 4,1 % sur l’année 2020 à l’échelle internationale, principalement en raison d’une baisse de la demande. Et tous les sous-domaines sont concernés : ports, réseaux de transport et chaînes d’approvisionnement.  

C’est l’estimation émise dans son rapport du 12 novembre par la CNUCED (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement), organe dépendant des Nations unies, qui s’avère assez pessimiste sur la santé du secteurCar, d’après elle, le bilan pourrait encore s’alourdir si de nouvelles vagues de l’infection au SARS-CoV-2 se présentaientEt le rapport ne prend pas en compte les dernières mesures de confinement adoptées… 

Alors quid de la reprise ? L’incertitude plane, mais l’instance se montre, cette fois, relativement optimiste. Un retour à une croissance positive pourrait ainsi survenir dès 2021La CNUCED prévoit une hausse de 4,8 % de l’activité l’année prochaine. Le niveau de 2019 serait alors retrouvé dès 2022.  

La nécessité d’engager les transitions verte et numérique 

Cela étant, une mutation du secteur semble inévitable. Le contexte de crise sanitaire et économique a engagé un renforcement des protocoles sanitaires, une évolution des procédures opérationnelles, mais aussi des finances, etc. Mais un enjeu crucial repose sur une reprise durable. 

Pour la CNUCEDle risque existe que la crise élude la question de la transition écologique existe et il convient d’être prudent« La pandémie ne doit pas faire passer au second plan les mesures de lutte contre le changement climatique dans le transport maritime. Par conséquent, les politiques de relance post-Covid-19 doivent permettre de nouveaux progrès vers des solutions vertes et durables », affirme ainsi Shamika N. Sirimanne, directrice de la technologie et de la logistique de la CNUCED.  

Pour favoriser cette transition, plusieurs mesures sont à envisager. Il s’agit, par exemple, de favoriser les énergies non fossiles pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de limiter l’impact environnemental en enclenchant la transition numérique. 

Dernier point et non des moindres : la situation des marins. 300 000 travailleurs maritimes auraient été bloqués en mer après la fin de leur contrat en raison du COVID-19. La CNUCED exhorte donc les pouvoirs publics à revoir le statut des marins pour qu’ils reçoivent la qualification de « travailleurs essentiels », ce qui leur permettra d’être dispensés des restrictions de voyage.  

À lire aussi...

Le Parc Astérix ferme son delphinarium

TEAM AQUAE

En Europe, plus d’un million de barrages menacent la survie des poissons

TEAM AQUAE

ValVital reprend officiellement les rênes des thermes de Royat et de l’aqualudique

TEAM AQUAE

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
X